RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Nouveau centre de recherche désigné sous l'appellation de Plateforme d'innovation en agriculture biologique



Saint-Bruno-de-Montarville (Québec), le 5 juin 2012 - Le sénateur Ghislain Maltais, au nom de Christian Paradis, ministre de l'Industrie et ministre d'État (Agriculture), de concert avec le ministre du Développement économique, de l'Innovation et de l'Exportation, M. Sam Hamad, et le ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation, M. Pierre Corbeil, la ministre responsable de la région de la Montérégie, Mme Nicole Ménard, et avec l'Institut de recherche et de développement en agroenvironnement (IRDA), annoncent une contribution financière de 13 132 343 dollars pour la mise en place d'un nouveau centre de recherche désigné sous l'appellation de Plateforme d'innovation en agriculture biologique. Cette somme permettra la construction d'un centre multifonctionnel et l'acquisition de l'équipement scientifique et de la machinerie nécessaires pour les travaux qui seront réalisés dans le nouveau centre de recherche. Celui-ci est appelé à dynamiser la recherche, le développement et le transfert des connaissances dans le domaine de la production végétale biologique.
Conçue par l'IRDA, la Plateforme satisfera aux besoins de recherche-développement manifestés par plus de 30 organisations associées à l'agriculture biologique. Située à Saint-Bruno-de-Montarville, en Montérégie, la nouvelle infrastructure sera mise à profit pour trouver des solutions à des problèmes d'ordre technique ou agronomique et, partant, pour améliorer la compétitivité des entreprises québécoises à l'œuvre dans ce secteur d'activité.
« Le gouvernement du Québec est fier de soutenir ce projet d'envergure qui stimulera la recherche et le développement en production végétale biologique et qui favorisera le transfert du savoir, tant en ce qui a trait aux connaissances et aux résultats de recherche qu'en matière de conseils techniques et de formation », a déclaré le ministre du Développement économique, de l'Innovation et de l'Exportation, M. Sam Hamad. « Le gouvernement du Canada s'est engagé à soutenir la compétitivité du secteur agricole. La mise en œuvre de ce projet conjoint permettra de maintenir la croissance du secteur de l'agriculture biologique du Québec en améliorant la compétitivité des producteurs biologiques ou en transition et, de façon plus vaste, la performance environnementale des fermes dans l'ensemble du Québec », a fait valoir le sénateur Maltais.
« C'est une bonne nouvelle pour le Québec! Les retombées de la Plateforme seront bénéfiques pour le secteur biologique et rejailliront sur les autres secteurs. En effet, l'application des résultats de recherche sur le plan de la lutte intégrée et au regard de l'agriculture biologique servira également aux entreprises traditionnelles soucieuses de réduire l'impact environnemental de leurs activités », a souligné le ministre Pierre Corbeil.
« Je suis très fière de voir ce nouveau centre de recherche s'implanter dans notre région, l'un des berceaux de l'agriculture au Québec. L'expertise de nos producteurs agricoles jumelée au travail de recherche des professionnels qui travailleront ici bénéficiera non seulement aux gens de la Montérégie, mais aussi à toute la population du Québec », a déclaré la ministre responsable de la région de la Montérégie et ministre du Tourisme, madame Nicole Ménard.
« En appuyant la mise en place de la Plateforme d'innovation en agriculture biologique, le gouvernement du Québec et le gouvernement du Canada témoignent de l'importance qu'ils accordent à la recherche d'intérêt public et au transfert des connaissances. Les travaux qui y seront menés soutiendront l'industrie de l'agriculture biologique en accélérant la découverte et l'adoption de solutions répondant aux besoins des agriculteurs et de la société », a affirmé la présidente et chef de direction de l'IRDA, Mme Gisèle Grandbois. Rappelons que l'IRDA est une corporation de recherche sans but lucratif constituée en 1998 par quatre organismes fondateurs, soit le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ), le ministère du Développement économique, de l'Innovation et de l'Exportation (MDEIE), le ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs (MDDEP) et l'Union des producteurs agricoles (UPA).
Montage financier
La contribution financière des partenaires engagés dans ce projet se répartit comme suit :
• 8 372 109 dollars provenant du MDEIE en vertu du Programme de soutien à la recherche, volet 2 « Appui au financement d'infrastructures de recherche », à savoir 7 512 109 dollars pour l'infrastructure et l'équipement et 860 000 dollars pour supporter les coûts additionnels d'exploitation et d'entretien;
• 2 170 000 dollars issus du Fonds Agri-flexibilité d'Agriculture et
Agroalimentaire Canada;
• 1 200 000 dollars accordés par le MAPAQ comme contribution à l'initiative et en vertu d'Agri-flexibilité;
• 1 365 234 dollars provenant de l'IRDA;
• 25 000 dollars consentis par la Fondation de la faune du Québec.
À propos du Programme de soutien à la recherche, volet 2 « Appui au financement d'infrastructures de recherche »
L'objectif poursuivi au moyen de ce programme est d'appuyer financièrement la modernisation, l'acquisition et la mise en place d'infrastructure de recherche. Ce programme s'inscrit dans la Stratégie québécoise de la recherche et de l'innovation (SQRI) 2010-2013 et vise à soutenir la réalisation de projets ou d'initiatives issus des milieux de la recherche et de l'innovation. Il s'adresse aux organismes sans but lucratif intervenant dans les différents secteurs de la recherche, de l'innovation et de la diffusion de la science et de la technologie, ainsi qu'aux établissements de recherche publics ou des réseaux de la santé et de l'éducation.
À propos de la Stratégie québécoise de la recherche et de l'innovation 2010-2013 Intitulée Mobiliser innover prospérer, l'actualisation de la SQRI a notamment pour objet de renforcer l'initiative scientifique du Québec. Elle contribue aussi à accélérer l'innovation, le développement de produits et la mobilisation pour mieux positionner les entreprises québécoises sur les marchés porteurs. Elle engage résolument le Québec dans la voie de l'« économie verte », l'économie de demain.
En incluant la SQRI 2007-2010, plus de 2,3 milliards de dollars auront été injectés pour un effort total du gouvernement du Québec d'environ 11,5 milliards de dollars, ce qui comprend également les crédits d'impôt et les budgets de base des ministères.
À propos d'Agri-flexibilité
Agri-flexibilité est un fonds quinquennal (2009-2014) qui permet d'améliorer la compétitivité du secteur agricole et d'aider ce dernier à faire face aux pressions du marché en proposant des mesures précises, non liées à la gestion des risques de l'entreprise, qui visent à améliorer sa viabilité écologique, à réduire les coûts de production, à faire la promotion de l'innovation et à relever les enjeux du marché. Le partage des coûts entre les gouvernements fédéral et provincial pour la réalisation de ce projet conjoint se fait selon un ratio de 60-40. Le financement fédéral d'Agri-flexibilité dans le cadre de ce projet servira à la réalisation d'un ensemble d'aménagements hydroagricoles, à l'achat de machinerie et d'équipement scientifique de même qu'à l'établissement de plans et d'études préparatoires préalables à la construction du centre de recherche.
À propos du Plan d'action pour le secteur biologique et du Plan d'action pour la recherche et l'innovation en agroalimentaire du ministère de l'Agriculture, des
Pêcheries et de l'Alimentation
De concert avec les partenaires et acteurs du milieu, le MAPAQ a rendu public, en juillet 2010, le Plan d'action pour le secteur biologique, dont la mise en œuvre s'échelonnera jusqu'en 2013. La Plateforme d'innovation en agriculture biologique constitue un véhicule important pour la mise en œuvre de ce plan d'action qui a pour objet particulier de soutenir la recherche, l'adaptation technologique et le transfert du savoir-faire, à l'appui du développement des secteurs de la production et de la transformation de produits biologiques. Les travaux engagés au moyen de la Plateforme s'insèrent également dans les mandats que le Ministère confie à l'IRDA.
Lancé en juillet 2010 par le MAPAQ, le Plan d'action pour la recherche et l'innovation en agroalimentaire met l'accent, entre autres choses, sur une meilleure synergie entre le milieu de la recherche et l'industrie agroalimentaire. La Plateforme d'innovation en agriculture biologique cadre également avec cette orientation.
Source: Agriculture Canada