RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Colbex Levinoff : Une fin digne de l’UPA Inc.



COMMUNIQUÉ: 29 mai 2012, St-Hyacinthe. L’annonce de la fermeture de Colbex Levinoff ne surprend personne, mais demeure une nouvelle qui fait mal surtout pour les travailleurs qui ont perdu leurs emplois dans ce cafouillis sans nom. «Les producteurs agricoles eux y auront perdu beaucoup de sous, de temps et d’énergie et demeure sous la crainte de supporter une faillite» s’exprime Benoit Girouard président de l’Union paysanne.
Le pire dans cette situation c’est que le scénario que l’UPA voulait éviter se réalise, soit le déplacement de la capacité d’abattage du Québec vers l’Ontario. Il faut l’admettre Colbex-Levinoff est passé en 6 ans du statut d’entreprise privée rentable, à entreprise UPA en faillite technique.
Le ministre Corbeil ne peut plus intervenir dans ce fiasco, mais doit à tout de moins s’assurer que cela ne se répète plus. Comment? L’Union paysanne l’invite à retourner dans le passé de l’UPA pour constater les échecs répétés et coûteux de ses incursions en aval de la production. FEDCO, POMEXPAN, POMEXPERT, CÉRÉGRAINS, abattoir Billette et maintenant Colbex-Levinoff.
Et le scénario le plus simple pour rétablir l’équilibre en agriculture est d’enfin briser le monopole syndical de l’UPA et d’appliquer le rapport Pronovost. Le retour à la démocratie en agriculture permettra une diversification des canaux de commercialisation et l’émergence de nouveaux modèles agricoles moins centralisés et coûteux.
Le ministre Corbeil doit tenir compte que le Québec attend toujours son rendez-vous proposé par le Rapport Pronovost et que les producteurs de bovins n’ont pas à supporter une faillite de l’abattoir. L’Union paysanne a sonné la sonnette d’alarme à bien des reprises dans ce dossier et personne n’a appliqué les solutions qui s’imposaient. Qui risque encore de payer la note parce que le parti libéral refuse d’affronter le monopole de l’UPA? Les producteurs agricoles du Québec.