RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Levinoff-Colbex cesse ses activités pour une durée indéterminée



LONGUEUIL, QC, le 28 mai 2012 /CNW Telbec/ - L'entreprise d'abattage de bovins de réforme Levinoff-Colbex a informé la Fédération des producteurs de bovins du Québec (FPBQ) qu'elle suspend ses opérations pour une durée indéterminée. La situation financière de l'entreprise ne lui permet plus de maintenir ses opérations habituelles. Dès aujourd'hui, Levinoff-Colbex suspend ses achats d'animaux et des rencontres avec ses créanciers sont prévues.
À titre d'actionnaire de l'entreprise, la FPBQ se voit également dans l'obligation de reporter la mise en place d'un plan de redressement de l'abattoir qui avait été présenté aux producteurs de bovins. Le calendrier très serré qui était nécessaire pour remplir toutes les conditions gagnantes à la réalisation de ce plan ne laisse pas d'autres choix.
Dans la conduite du dossier Levinoff-Colbex, la FPBQ continue d'agir en actionnaire responsable et, de concert avec les instances gouvernementales concernées, tente d'assurer la stabilité financière et la pérennité de l'entreprise. Ses actions sont dictées par l'objectif poursuivi par l'ensemble des producteurs de bovins, soit le maintien d'une capacité d'abattage au Québec et l'obtention d'un juste prix pour les bovins.
Rappelons que la FPBQ est devenue actionnaire de l'abattoir Levinoff-Colbex en janvier 2006 après que le marché de la vache de réforme se soit totalement effondré au Québec en raison de la crise de l'ESB. Bien que l'avenue privilégiée par les producteurs était la mise en place d'un « prix plancher », c'est l'acquisition de l'abattoir pour maintenir la capacité d'abattage au Québec et garantir un prix adéquat aux producteurs qui fut la solution possible.
Cependant, les conditions de marché très difficiles de l'industrie de l'abattage et de la transformation de la viande bovine en Amérique du Nord se sont encore détériorées depuis le début de 2012. De plus, une règlementation canadienne oblige les abattoirs à disposer des matières à risque spécifiques (MRS), entraînant des coûts supplémentaires que n'ont pas à supporter les abattoirs américains qui sont en compétition avec les entreprises canadiennes sur le marché de la viande.
La FPBQ prend toutes les mesures nécessaires afin d'assurer une mise en marché harmonieuse et ordonnée des bovins de réforme à travers le réseau des encans. La FPBQ continuera d'informer les producteurs sur les différents mécanismes de vente de leurs animaux pour qu'ils obtiennent les meilleurs prix possibles.
Renseignements : Fédération des producteurs de bovins du Québec Sonia Dumont Agente de communication