RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Le gouvernement fédéral investit dans la recherche sur l'agriculture écologique



Edmonton (Alberta), le 23 mai 2012 - Les agriculteurs canadiens auront la possibilité d'augmenter leurs profits tout en atténuant leur impact sur l'environnement grâce à une aide du gouvernement Harper. La députée Laurie Hawn (Edmonton-Centre), au nom du ministre de l'Agriculture Gerry Ritz, a annoncé aujourd'hui l'octroi d'une contribution de près de 600 000 $ à l'Université de l'Alberta pour étudier l'application des systèmes agroforestiers à la réduction des émissions de gaz à effet de serre.
« La priorité numéro un de notre gouvernement consiste à créer des emplois et à assurer la prospérité économique à long terme pour tous les Canadiens, a souligné la députée Hawn. Cet investissement renforce notre engagement à fournir aux agriculteurs les outils et les connaissances dont ils ont besoin pour optimiser l'exploitation de leurs terres tout en préservant l'environnement. »
L'Université de l'Alberta utilisera cette contribution pour mesurer la quantité de carbone qui peut être stockée et la quantité d'émissions de gaz à effet de serre que l'utilisation de systèmes agroforestiers peut permettre de retrancher. L'agroforesterie offre des possibilités d'intégrer la productivité et la rentabilité à la gérance de l'environnement. Les résultats du projet de recherche pourraient aider à diversifier le revenu agricole et à créer des emplois grâce à la mise au point de bioproduits comme des produits de bioénergie renouvelable (biomasse), des produits pharmaceutiques et des nutraceutiques.
« La recherche sur l'environnement est à la fois un point fort et une priorité de l'Université de l'Alberta, a souligné Lorne Babiuk (Ph.D.), vice-président (Recherche). Les travaux innovateurs de nos chercheurs aboutissent à des solutions pour régler certains des problèmes les plus urgents de notre époque, y compris les problèmes environnementaux. Nous sommes très reconnaissants au gouvernement fédéral d'appuyer fermement ce projet et de continuer de nous aider à trouver des façons d'améliorer la qualité de vie de tous les Canadiens. »
« Ce projet améliorera la compréhension et l'accessibilité des pratiques de gestion bénéfiques (PGB) que les agriculteurs peuvent adopter pour réduire les émissions de gaz à effet de serre au Canada, a déclaré Scott Chang (Ph.D.), professeur et chercheur à l'Université de l'Alberta. Si les effets positifs des systèmes agroforestiers sont démontrés, il sera possible d'associer les PGB à des gains économiques pour les producteurs, notamment à des paiements pour crédits de carbone. »
Les fonds pour le projet viennent du Programme de lutte contre les gaz à effet de serre en agriculture (PLGESA), une initiative quinquennale de 27 millions de dollars qui met l'accent sur la mise au point de technologies d'atténuation des émissions de gaz à effet de serre à la ferme. Le PLGESA fournira une aide financière à divers partenaires au Canada pour l'étude de mécanismes, d'approches et d'outils novateurs qui offrent des solutions concrètes au secteur agricole.
Le PLGESA représente la contribution initiale du Canada à l'Alliance mondiale de recherche sur les gaz à effet de serre en agriculture, un réseau international composé de plus de 30 pays membres qui coordonnera et intensifiera la recherche sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre en agriculture et mettra de nouvelles technologies d'atténuation et pratiques de gestion bénéfiques à la disposition des agriculteurs. Pour obtenir d'autres précisions sur l'Alliance mondiale de recherche, consultez le site Web http://www.globalresearchalliance.org.
Meagan Murdoch Directrice des communications Cabinet de l'honorable Gerry Ritz