RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Le bonheur du printemps



Depuis l’équinoxe, c’est l’arrivée merveilleuse du réveil de la nature. Les érables coulent au rythme de la biodynamie de la terre. Si l’eau n’est pas aussi sucré cette saison, les arômes seront différents de ceux de l’an passé et les enfants, petits et grands, auront à cœur de se sucrer le bec.
La pêche aux crabes et aux crevettes à démarrer dans la baie des chaleurs.
À la grandeur du Québec, c’est la mise bas des agneaux et des chevreaux et, en corolaire, le retour de l’abondance du lait. Les fromages frais et les pâtes molles n’ont jamais été si doux, si crémeux comme le champion des champions d’Amérique, 1er au concours de l’American Cheese Society, le Grey Owl de la fromagerie Le Détour au Témiscouata. http://fromagerieledetour.ca/ Surprenez vos amis qui, quand ils pensent aux fromages de chèvres, pensent trop souvent aux goûts saponifiés des vieux chabichous qui abondent dans les étales. Ils auront la surprise de leur vie devant la délicatesse et les arômes capriques si léger et si doux des fromages bien nés.
Côté brebis, j’ai beaucoup aimé les fromages de Lucille et d’Alastair de la Moutonnière. Question récompense, ils ont su récolter leur part de rubans aux cours des ans. Cette répétition de succès est en elle seule une garantie de la belle qualité de leurs fromages. www.lamoutonniere.com
Les meilleures baguettes au levain du Pain dans les Voiles ou de Première Moisson, apporteront les fibres et le croquant pour bien accompagner ces fromages. Quant aux vins, c’est l’embarras du choix. Un assemblage bordelais de sémillon, sauvignon et muscadelle dans le style des Graves blancs de Bordeaux à toujours du succès. Les Bourguignons ne sont pas mal non plus avec les Mâcon de Pouilly-fuissé ou de Saint-véran, de bien rafraîchissants compagnons. Si vous êtes inconditionnel des rouges, éviter les vins tanniques et préférés les fruités crus du Beaujolais.
Dans quelques jours, avec le retour des chaleurs, les étales des marchands italos- canadiens offriront aussi la « mozzarella di buffala », si douce délicatement servi avec des tomates de soleil, un filet d’huile d’olive et quelques feuilles de basilique. Vous aurez à cœur de l’accompagner de délicieuses « bruschettas » et d’un beau vin de Toscane ou du Piémont. Je ne dois pas être le seul à préférer les fromages originaux de lait de bufflonne car si, de part le monde, nous consommons en très grande quantité le lait de vache (578 M/t), c’est celui de bufflonne (90 M/t) qui est le second de part le monde, loin devant celui de la chèvre (15 M/t) et de la brebis (9 M/t). La montée en puissance de l’Asie, Inde en tête, est responsable de la progression spectaculaire du lait de bufflonne.
Qu’il soit de chèvre, de brebis ou de bufflonne, c’est le temps du retour des fromages frais à affinage court ou sans affinage, régalons-nous et remercions les artisans qui nous offrent de si beaux produits.
Denis Cottin gourmetdenis@yahoo.com