RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

De troublantes données sont communiquées à l’envoyé des Nations unies



11 mai 2012 – Actuellement en mission au pays, le rapporteur spécial des Nations unies pour le droit à l’alimentation, Olivier de Schutter, a recueilli les témoignages de divers groupes citoyens qui ont établi les faits en matière de droit à l’alimentation au Canada. Lors des audiences s’étant déroulées à Montréal, Ottawa et Toronto, le rapporteur spécial a été informé des faits suivants :
1. 55,5 % des personnes bénéficiant de l’aide sociale à travers le pays vivent dans une situation d’insécurité alimentairei.
2. 17,8 % des Autochtones âgés de 25 à 39 ans ont indiqué avoir connu la faim au cours des 12 derniers mois, n’ayant pu s’alimenter faute de moyens financiersii.
3. Une personne vivant seule à Ottawa reçoit une allocation mensuelle d’aide sociale de 635 $, alors que le loyer moyen d’un studio dans cette ville est de 715 $ par mois. Il ne lui reste donc plus d’argent pour se procurer des aliments, sans parler d’un régime nutritif. Les allocations d’aide sociale ont fortement diminué au cours des deux dernières décenniesiii.
4. Plusieurs femmes détenues dans des milieux carcéraux à sécurité minimale ou moyenne et qui doivent cuisiner pour elles-­‐mêmes reçoivent un montant quotidien de 4 $ afin de subvenir à l’ensemble de leurs besoins alimentairesiv.
5. Plus de 60 % des jeunes âgés de 9 à 13 ans ne consomment pas suffisamment de fruits et de légumesv.
6. Il est estimé qu’un adulte canadien sur quatre souffre d’obésité. Les coûts économiques de l’obésité augmentent de près de 7,1 milliards de dollars par année lorsque les coûts associés aux 18 maladies chroniques reliées à cet état sont pris en comptevi.
7. 30 000 personnes faisant partie de la main-­‐d’oeuvre agricole sont des travailleurs migrants. La plupart de ces personnes reviennent année après année pendant des décennies, sans toutefois avoir droit au statut de résident permanent, et en devant affronter des défis particuliers en ce qui concerne l’accès aux droits, privilèges et services communautairesvii.
8. Les deux tiers des sans-­‐abris vivant à Toronto souffrent de la faim (et n’ont accès à aucun aliment) au moins une fois par semaineviii.
9. Le taux d’insécurité alimentaire atteint des valeurs aussi élevées que 79 % dans certaines communautés nordiquesix.
10. Entre 1996 et 2009, plus de 3,5 milliards de dollars prélevés des fonds publics ont été octroyés à des porcheries, qui pour la plupart, sont des projets à grande échelle valant un million de dollars et plusx.
11. L’application d’une taxe d’un cent sur chaque litre de boissons édulcorées vendu permettrait d’amasser annuellement un montant de 8 millions de dollars au Québec et de 35 millions de dollars au Canada, cet argent pouvant être réinvesti dans des soins de santé préventifsxi.
12. Au Québec, 5,6 fermes disparaissent chaque semainexii. « Ces données montrent que le Canada n’arrive pas à assurer le droit à l’alimentation. Cela doit changer », mentionne Diana Bronson, directrice générale de Sécurité alimentaire Canada. « Nous avons indiqué au rapporteur spécial que nous avions besoin d’une stratégie alimentaire nationale, que des milliers de personnes à travers le pays ont travaillé pendant des années à mettre sur pied la Politique alimentaire populaire, et qu’il est grand temps que ces idées prennent racine. Nos membres aux quatre coins du pays attendent avec impatience que le rapporteur spécial fasse part de ses recommandations mercredi prochain; ils ont également hâte de savoir quelle sera la réponse du gouvernement, qui devrait être connue au cours des jours suivants. » Sécurité alimentaire Canada a participé à l’organisation des rencontres entre le rapporteur spécial et les groupes de la société civile qui ont eu lieu à Montréal, Ottawa, Toronto et Winnipeg. De l’information de base et des mises à jour sont publiées au www.foodsecurecanada.org.
Source: Diana Bronson, foodsecurecanada.org
i Santé Canada http://www.hc-sc.gc.ca/fn-an/surveill/nutrition/commun/insecurit/key-stats-cles-2007-2008-fra.php
ii Enquête régionale longitudinale sur la santé des Premières Nations : http://www.rhs-ers.ca/fr/node/43
iii Santé publique Ottawa www.ottawa.ca/sante
iv L’association canadienne des Société Elizabeth Fry http://www.elizabethfry.ca/
v Statistiques Canada : http://www.statcan.gc.ca/pub/82-229-x/2009001/deter/fvc-fra.htm
vi Agence de la santé publique du Canada http://www.phac-aspc.gc.ca/hp-ps/hl-mvs/oic-oac/index-fra.php
vii Janet McLaughlin, Université Wilfrid-Laurier.
viii Michael Shapcott, Wellesley Institute.
ix Shirley Thompson, Université du Manitoba : http://home.cc.umanitoba.ca/~thompso4/harvestinghope_doc.html x National Farmers Union et Société Mondiale pour la Protection des Animaux : http://www.choosecagefree.ca/whatsonyourplate/WSPA_WhatsonYourPlate_FullReport.pdf
xi La Coalition québécoise sur la problématique du poids : http://www.cqpp.qc.ca/fr/
xii Équiterre : http://www.equiterre.org/communique/forum-%C2%AB-a-table-pour-des-regions-en-sante-%C2%BB-equiterre-entournee- pour-promouvoir-lagricul