RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

L'industrie forestière se réjouit de l'ouverture vers un libre-échange avec le Japon



OTTAWA, le 25 mars 2012 /CNW/ - L'Association des produits forestiers du Canada (APFC) voit d'un bon œil l'annonce de l'intention du Canada de conclure un accord de libre-échange avec le Japon.
Le premier ministre Stephen Harper a indiqué que le Canada allait approfondir ses relations avec le Japon en matière de commerce et d'investissement en entreprenant des négociations en vue d'un accord commercial global. Le premier ministre et le ministre du Commerce international, Ed Fast, ont fait cette annonce aujourd'hui lors d'une visite à Tokyo.
« La Japon est l'un des marchés les plus importants de notre industrie depuis des années. Cet accord aidera à renforcer les liens existants et mènera à de nouveaux débouchés lucratifs pour les exportateurs de produits forestiers canadiens », selon Avrim Lazar, président et chef de la direction de l'APFC. « L'accord rendra nos exportations au Japon plus concurrentielles, en réduisant un certain nombre de barrières tarifaires et non tarifaires, ce qui est bon pour les emplois dans le secteur forestier canadien », a ajouté M. Lazar.
L'an dernier, l'industrie canadienne des produits forestiers a exporté pour 1,2 milliard de dollars de produits de bois, de pâte et de papier au Japon, ce qui fait de ce pays le 3e marché étranger en importance pour les produits forestiers canadiens. Beaucoup d'exportations actuelles de l'industrie forestière canadienne vers le Japon sont frappées d'importants tarifs douaniers qui érodent sa position concurrentielle par rapport à d'autres fournisseurs. L'élimination de ces barrières donnerait aux entreprises canadiennes un réel avantage sur leurs concurrents pour le marché japonais.
« Comme industrie, nous nous concentrons sur la transformation de notre modèle commercial et le développement des marchés étrangers est un élément essentiel de cet objectif », a affirmé M. Lazar. « Nous devons féliciter le premier ministre et le ministre Fast pour leur programme dynamique en matière de commerce international, qui améliorera grandement la capacité de l'industrie à accaparer de nouvelles parts des marchés existants et émergents partout dans le monde. Dans ce contexte, nous considérons une entente de libre-échange avec le Japon comme une importante initiative. » La stratégie du gouvernement du Canada sur la compétitivité à long terme de l'industrie forestière a été très efficace pour accélérer la transformation de l'industrie par l'innovation, le développement et la diversification des marchés. Élément clé de la stratégie, le Programme canadien d'exportation de produits de bois a permis à l'industrie des produits forestiers de réaliser des activités de diversification des marchés à l'étranger, y compris dans la région Asie-Pacifique, ce qui a contribué à la reprise économique et soutenu des emplois dans les quelque 200 localités canadiennes qui dépendent du secteur forestier.
L'APFC offre une voix, au Canada et à l'étranger, aux producteurs canadiens de bois, de pâte et de papier pour les questions touchant le gouvernement, le commerce et l'environnement. L'industrie des produits forestiers, dont le chiffre d'affaires atteint 57 milliards de dollars par année et qui représente 2 % du PIB du Canada, est l'un des plus gros employeurs du pays, a des activités dans des centaines de collectivités et procure 240 000 emplois directs d'un océan à l'autre.
Renseignements : Susan Murray Directrice générale, Relations publiques Association des produits forestiers du Canada