RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Budget du Québec 2012-2013 : un peu d'espoir pour le secteur forestier



QUÉBEC, le 20 mars 2012 /CNW Telbec/ - Le Conseil de l'industrie forestière du Québec (CIFQ) reconnaît les efforts déployés par le gouvernement du Québec dans le cadre du budget 2012-2013, annoncé aujourd'hui par le ministre des Finances, M. Raymond Bachand, pour assurer la pérennité du secteur forestier et la compétitivité des entreprises, au moment où l'industrie forestière est à une étape importante de sa transformation.
« La mesure qui prévoit une prise de participation de 170 M$ dans des entreprises forestières pour la réalisation de projets à valeur ajoutée en 2e et 3e transformations du bois aura, sans contredit, un effet structurant pour favoriser l'évolution du secteur forestier», de déclarer M. André Tremblay, président-directeur général du CIFQ.
Le budget du ministre Bachand prévoit en effet que pour les entreprises du secteur forestier, près de 170 M$ seront consacrés au Fonds de valorisation Bois, pour des participations en capitaux dans les entreprises afin de réaliser des projets de fabrication de produits à forte valeur ajoutée liés à la construction verte, l'énergie verte et la chimie verte.
« La création d'une grappe sectorielle sur l'utilisation du bois, en partenariat avec l'industrie, favorisera l'utilisation du bois dans la construction non résidentielle et commerciale et permettra ainsi au Québec de retrouver sa culture du bois. Concrètement, c'est 30 M$ sur cinq ans qui serviront à faire la promotion de l'utilisation du bois dans la construction. Les résultats obtenus par Cecobois au cours des dernières années démontre la pertinence de poursuivre dans cette direction », de conclure M. Tremblay.
L'adoption d'un cadre financier visant à assurer l'aménagement durable des forêts pour cinq ans, incluant des investissements annuels de 200 M$ pour la sylviculture, est une excellente nouvelle même si cette mesure ne s'adresse pas directement à l'industrie forestière. Ainsi, les entreprises sylvicoles et leurs travailleurs pourront planifier leurs activités de développement et de mise en valeur de leur industrie à moyen terme. De plus, la reconduction du crédit d'impôt pour la formation de la main d'œuvre, entre autres pour le secteur forestier, constitue une mesure nécessaire pour assurer la relève pour l'ensemble du secteur.
Le CIFQ reconnaît que c'est un pas dans la bonne direction et que le gouvernement a entendu la mobilisation du milieu municipal quant à l'importance d'une action gouvernementale pour accompagner la transformation du secteur forestier québécois.
Renseignements : Laurence Drouin
Directrice adjointe aux communications
Conseil de l'industrie forestière du Québec (CIFQ)