RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

L’agriculture en statistique



par Gérard Samet

La photographie statistique agricole du Québec et du Canada en 2005 sera à comparer avec les nouveaux chiffres publiés en mai 2012.
Le Recensement 2010/2011 de l’agriculture canadienne sera dévoilé le 10 mai 2012 par Statistique Canada. Le précédent Recensement de l'agriculture s’est tenu en 2005/2006, en voici le rappel des faits saillants.
Le Canada comptait 327 000 agriculteurs, âgés en moyenne de 52 ans, exploitant 229 000 exploitations agricoles pour une superficie agricole totale de 67,6 millions d’hectares. Le Canada avait aussi un cheptel de 15,8 millions de bovins, de 15,0 millions de porcs, de 125,3 millions de poules et de poulets.
Exploitants et exploitations québécoises de 2005
En 2005, le Québec dénombrait 30 675 fermes, soit une baisse de 4,6 % au cours des cinq années précédentes. Cette diminution était inférieure à celle de 7,1 % observée à l’échelon national. Le Québec comptait alors 5 316 fermes de moins qu’en 1996, et 13,4 % des 229 373 fermes qui existaient au Canada, soit au quatrième rang canadien.
En 2005, 57,0 % des agriculteurs du Québec consacraient plus de 40 heures par semaine à leur exploitation agricole, ce qui représente une légère augmentation par rapport à 2001. À l’échelon national, 46,7 % des agriculteurs travaillaient plus de 40 heures par semaine dans leur ferme.
En 2005, 1 962 fermes du Québec ont fait état de blessures liées à l’exploitation agricole qui ont nécessité une attention médicale au cours de l’année précédant le recensement. Des blessures ont été déclarées dans 6,4 % des fermes du Québec, comparativement à 6,0 % pour l’ensemble des fermes au Canada. La superficie totale des terres agricoles du Québec a augmenté de 1,3 % entre 2001 et 2005 , se chiffrant à 8,6 millions d’acres, ce qui correspondait à environ 5,1 % de la superficie agricole totale du Canada.
Les méthodes de semis direct ont été utilisées sur 9,6 % des terres préparées pour l’ensemencement en 2005, comparativement à 4,8 % en 2001. La proportion de terres préparées pour l’ensemencement qui ont fait l’objet d’un travail du sol classique est tombée de 76,7 % en 2001 à 62,0 % cinq ans plus tard. Le travail de conservation du sol a été la méthode privilégiée sur environ 28,5 % des terres préparées pour l’ensemencement, comparativement à 18,5 % en 2001.
Les recettes agricoles brutes totales québécoises de 2005 s’élevaient à 7,4 milliards de dollars, alors que les dépenses d’exploitation se chiffraient à 6,0 milliards de dollars. Les paiements de programmes subventionnés par l’État ont largement contribué à ce résultat.
7,6 % de l’ensemble des fermes québécoises, soit 2 323 fermes, déclaraient une production biologique, légèrement plus qu’à l’échelon national à 6,8 %. Vaches et porcs de la Belle Province
Le Québec avait le plus grand nombre de vaches laitières de toutes les provinces. En 2005, on dénombrait 382 363 vaches laitières au Québec. L’Ontario suivait, avec 329 737 vaches laitières. En 2005, 38,4 % des vaches laitières du Canada se trouvaient au Québec. Le Québec était, la même année, la province qui avait déclaré le plus grand nombre de porcs. Il en comptait 4,3 millions, soit 28,3 % du total au Canada. Le nombre de porcs est resté relativement stable de 2001 à 2005, puisqu’il n’a baissé que de 0,3 %.