RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Impact de la fermeture de Cedrico au Témiscouata



Témiscouata-sur-le-Lac, vendredi 16 décembre 2011 – Pour le député de Kamouraska-Témiscouata et porte-parole de l’opposition officielle en matière d’agriculture et d’alimentation, André Simard, le ministre des Ressources naturelles et de la Faune, Clément Gignac, doit agir concrètement pour aider les entreprises forestières.
« Le 31 octobre dernier lors de l’interpellation au ministre Gignac avec mes collègues Danielle Doyer et Denis Trottier nous avions notamment réclamé une intervention d’urgence du gouvernement afin d’agir pour l’industrie forestière. Nous attendons toujours! », de déclarer André Simard.
« La récente mise sous la protection de la Loi sur les arrangements entre les compagnies et leurs créanciers de l’entreprise Bois d’œuvre Cedrico, a des conséquences tragiques pour l’ensemble de l’industrie forestière bas-laurentienne notamment pour l’Entreprise Raymond Caron à Témiscouata-sur-le-Lac qui a un lien d’affaires direct avec elle », d’informer André Simard.
«Dans les belles années, cette entreprise embauchait une cinquante de personnes. Aujourd’hui, c’est environ 30 à 35 travailleurs, pour la plupart des pères de famille, employés depuis 10 et 15 ans », de déplorer monsieur Simard.
« Bois d’œuvre Cedrico leur doit des sommes d’argent importantes pour services rendus. Quant à l’entreprise Témiscouataine, qui existe depuis 35 ans, les 5 dernières années ont été très difficiles. Fait à souligner, aux dires des propriétaires, elle n’a jamais été subventionnée par le gouvernement même si elle a dû affronter bien des difficultés », de mentionner le député.
« Pour ma part, tout comme ma formation politique, nous voulons redonner un avenir au milieu forestier parce que nous croyons que le bois est une ressource noble et écologique», de conclure monsieur Simard.
Source: Yvonne Tremblay