RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

« De la diversité dans le rang Saint-Olivier ! »



Saint-Anselme, le 2 septembre 2011 – Avec 5 entreprises agricoles oeuvrant dans différents secteurs d’activité, une superficie en culture équivalant à 1 535 terrains de football sur 5 km et pouvant fournir en légumes 706 000 sacs d’épicerie annuellement, le rang Saint-Olivier, à Saint- Anselme dans la MRC de Bellechasse, offre un portrait inégalé de ce qui se fait de mieux en agriculture non seulement ici, mais partout dans des milliers de rangs au Québec.
Ces statistiques ne sont que quelques éléments d’une importante étude réalisée par l’Union des Producteurs agricoles du Québec, pour le compte du comité organisateur du Festival à la Ferme 2011, qui se déroulera à la Ferme Yvan Lessard, sise sur le rang Saint-Olivier à Saint- Anselme, du 9 au 11 septembre 2011.
C’est en conférence de presse, le vendredi 2 septembre, que les membres du comité organisateur du Festival ont présenté les grandes lignes de cette étude intitulée « De la diversité dans le rang Saint-Olivier ! »
À la fois impressionnante et significative, cette étude vise à démystifier une fois pour toutes l’Agriculture… avec un grand « A » et à démontrer, chiffres à l’appui, l’impact significatif que peut avoir, sur l’économie québécoise, le développement agricole réalisé sur « un seul rang », a d’abord souligné M. James Allen, président du comité organisateur du Festival à la Ferme 2011, événement qui, rappelons-le, en est à sa 10e édition.
Conscients des bouleversements qu’a connus l’agriculture depuis 40 ans, les organisateurs tentent de plusieurs façons, notamment avec le Festival à la ferme, de redonner toutes ses lettres de noblesse à l’agriculture, activité économique et richesse collective qui, bien souvent, est négligée, mise au banc des accusés et méconnue du grand public.
Du maraîcher à la ferme laitière en passant par la grande culture, la production porcine et avicole, pour ne nommer que celles-ci, les producteurs du rang Saint-Olivier produisent, bon an mal an, 4 342 000 boîtes de 500 g de céréales, nourrissent 7 384 familles en poulet, 31 973 familles en porc et 44 239 familles en dindon ainsi que 16 447 contenants de 2 litres de lait chaque semaine.
Pour monsieur Allen, il est primordial de faire connaître ces données à la population afin de les sensibiliser à l’importance de cette activité économique qu’est l’agriculture. « Il est essentiel defaire connaître et de valoriser, auprès de la population, l’agriculture et le savoir-faire des producteurs », mentionne-t-il. De poursuivre M. Allen : « il faut aussi mettre en valeur la qualité et la diversité de la production. Seulement sur le rang Saint-Olivier, ce sont dix produits différents que l’on retrouve. »
Nos « cultivateurs », comme nous les appelions dans les années « 70 », peuvent encore « nourrir le Québec », et ce, d’une façon efficace et à des prix compétitifs tout en nous offrant qualité et diversité, le tout dans le respect de l’environnement. Un rang… imaginez les milliers de rangs au Québec! De quoi être fier !
Sources: Hélène Barnard