RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Biopterre met l'agriculture moléculaire au service des entreprises




Hervé Bernier, directeur général de Biopterre, Bernard Généreux, député, Éric Dion, directeur – bioproduits horticoles et de spécialité, Biopterre.

La Pocatière, le 15 mars 2011. - Le député de Montmagny-L'Islet-Kamouraska-Rivière-du-Loup, monsieur Bernard Généreux, au nom du ministre d’État de l’Agence de Développement économique du Canada pour les régions du Québec, l’honorable Denis Lebel, était présent aujourd’hui au côté de monsieur Hervé Bernier, directeur général de Biopterre – Centre de développement des bioproduits, pour annoncer une importante contribution visant l’acquisition d’équipements spécialisés.
Cette contribution financière permettra la mise en place d’un laboratoire d’agriculture moléculaire. Monsieur Éric Dion, directeur – bioproduits horticoles et de spécialité chez Biopterre expliquait : « L’agriculture moléculaire consiste à aborder l’agriculture en s’intéressant à la valorisation de molécules obtenues à partir des différentes parties des végétaux, plutôt qu’à la commercialisation de la plante comme produit final. »
La subvention de Développement économique Canada s’inscrit dans un investissement total de 754 400 $ et est allouée en vertu de l’Initiative ponctuelle de renforcement des économies forestières du Québec (IPREFQ).
Les acquisitions réalisées dans le cadre de ce projet font de ce laboratoire un lieu unique et hautement technologique, et ce, au service des entreprises québécoises. Biopterre bonifie ainsi ses capacités de recherche et de développement pour le soutien aux entreprises de cette nouvelle filière.
Selon les estimations d’Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC), d’ici 2050, 30 % des besoins en carburant et en molécules diverses proviendront de la biomasse. L’agriculture moléculaire apparaît comme très prometteuse et suscite donc de grands espoirs pour le développement de bioproduits durables, performants et innovateurs. Pour Biopterre, la mise en place de ce laboratoire se traduit également en trois nouveaux emplois, en la consolidation de trois autres et en des capacités supérieures d’attraits pour le recrutement de chercheurs. D’ailleurs, Biopterre compte accueillir bientôt dans son équipe un stagiaire postdoctoral.
Source : Mme Marie-Pierre Dufresne