RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

La face cachée du succès

Doris LANGEVIN ,

Entrevue avec Pierrette Desrosiers et Jean-Paul Ouellet


Le bonheur passe par le succès en affaires, l’argent fait le bonheur, tous les entrepreneurs sont des êtres rationnels et équilibrés et leur réussite financière en est la preuve. Qui n’a jamais entendu ou proféré ces clichés et combien y croient ? Car malgré ce que l’on peut imaginer, ce sont bel et bien des mythes et c’est pour les dénoncer que Jean-Paul Ouellet a décidé de raconter son histoire par la voix de sa psychologue et coach de vie, Pierrette Desrosiers


Le livre intitulé « Survivre à la réussite » raconte l’histoire de cet homme d’affaires prospère du Nouveau-Brunswick qui a bâti l’une des plus grandes entreprises avicoles au Canada. Une histoire troublante qui explique ses motivations, sa détresse, son désir de mourir, mais qui lance surtout un message d’espoir à tous ceux et celles qui vivent une situation semblable.


« Le cheminement de Jean-Paul Ouellet est unique, comme chaque cas que j’accompagne, explique la psycoach Pierrette Desrosiers, mais il est en même temps universel à bien des êtres humains ». Mme Desrosiers, qui oeuvre dans le domaine agricole depuis de nombreuses années confie que bien des entrepreneurs vivent les mêmes difficultés que M. Ouellet, mais sans se l’avouer. Une affirmation que soutient M. Ouellet également.


« Maintenant que je suis heureux, je suis capable de parler de mes anciennes souffrances et c’est incroyable le nombre de gens qui me disent vivre les mêmes », témoigne-t-il. Et c’est justement pour leur venir en aide qu’il a accepté de lever le voile sur tout un pan de sa vie.


Prouver quelque chose
Pour Jean-Paul Ouellet, l’argent n’avait pas d’importance quand il a décidé de se lancer en affaire. Ce qu’il voulait, c’était de prouver aux autres, à ceux qui avait ri de lui à l’école parce qu’il avait de la difficulté, qu’il serait plus fort qu’eux un jour. À 16 ans, il quittait cette école où il avait tant souffert pour le marché du travail.
« Aujourd’hui, j’ai de la difficulté à lire pis à écrire, mais ostie que j’sais compter ! », fut l’une des premières phrases qu’il prononça lors de sa première rencontre avec Pierrette Desrosiers, il y a une dizaine d’années. Cette rencontre survenait après la consommation de boisson et de drogue, et après les idées suicidaires.
Une rencontre qui lui a sauvé la vie. Le hasard ayant fait que Monique, son épouse et associée aux Productions agricoles Ouellet, assiste à une conférence offerte par Pierrette Desrosiers dans sa région. « Au départ, nous voulions proposer les services de Pierrette à nos employés. Mais ensuite j’ai voulu profiter de ses conseils car nous voulions passer de 150 employés à 300. Elle m’a demandé pourquoi j’avais bâti une aussi grande entreprise et ça a été le début de ma propre thérapie ».
Long chemin
Le chemin vers le bonheur fut long pour Jean-Paul Ouellet et le travail est constant encore aujourd’hui. Car durant sa thérapie, Pierrette Desrosiers, a diagnostiqué un trouble de bipolarité. Et de son propre chef, M. Ouellet a décidé de vivre avec son trouble de l’humeur sans médication. Un choix qui l’oblige à se connaître à fond, à reconnaître ses phases de déprime comme ses phases maniaques et à accepter un suivi régulier avec sa psycoach. « Je tiens à préciser toutefois que je ne préconise pas l’absence ou l’arrêt de médication pour les personnes qui souffrent de bipolarité. La médication est très importante et la décision de Jean-Paul est des plus personnelles. »
Message d’espoir
Pierrette Desrosiers affirme que c’est l’ambition démesurée et le déséquilibre qui a mené Jean-Paul Ouellet à la réussite, mais que l’espoir de s’en sortir est bien réel. « L’atteinte du bonheur passe par une totale connaissance de soi. Pour s’en sortir, il faut faire preuve d’autant de vigueur et de rigueur que l’on en a mis pour faire fructifier notre entreprise ». Elle explique d’ailleurs comment elle s’y est prise pour aider son client grâce à une méthode regroupant diverses thérapies
« J’ai voulu partager mon histoire parce que personne n’échappe à la douleur. Je voulais aussi que les parents prennent conscience de ce que vivent leurs enfants à l’école, expliquer aux gens ce qui s’y passe et d’où peut venir le décrochage scolaire. L’enfer, je l’ai vécu, mais je m’en suis sorti et je veux partager ma découverte du bonheur avec le plus de gens possible » de dire M. Ouellet.