RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Accès aux sentiers de motoneige: la CRÉ souhaite une entente



Montmagny, le 24 novembre 2010. – En suivi aux travaux de la Table de concertation régionale sur les véhicules hors route (VHR) qui se sont déroulés à Montmagny, le 16 novembre 2010, la Conférence régionale des élu(e)s (CRÉ) de la Chaudière-Appalaches, dans le dossier de l’accès hivernal aux sentiers de motoneige, souhaite une entente imminente entre le gouvernement du Québec et l’Union des producteurs agricoles du Québec (UPA) visant à mettre fin au litige qui les oppose. C’est en effet ce qu’a fait savoir le directeur général de la CRÉ, M. Laurent Lampron, en soulignant que l’impasse entre l’UPA et la Financière agricole, si elle perdure, menace les retombées régionales qui découlent des activités de VHR dans notre région.
« Nous sommes sensibles aux revendications des producteurs agricoles, mais en Chaudière-Appalaches, à l’instar d’autres régions du Québec, la situation est quelque peu différente » explique le directeur général de la CRÉ, M. Laurent Lampron. À ce titre, il mentionne la contribution financière de ces deux secteurs au développement économique régional. Ainsi, la région de la Chaudière-Appalaches avec un PIB de l’industrie agricole et agroalimentaire de 1,37 milliard de dollars et une valeur des livraisons de 2,17 milliards de dollars, constitue un pilier de ce secteur au Québec. De plus, il ajoute que les retombées touristiques rattachées à la pratique de la motoneige (40 M$) et du quad (125 M$) génèrent annuellement près de 165 M$ en Chaudière-Appalaches.
Aussi, en solidarité aux acteurs et intervenants interpellés, la CRÉ espère que ces deux secteurs, d’une part, agricole et agroalimentaire, et d’autre part, touristique, puissent poursuivre leur collaboration harmonieuse sur notre territoire. C’est dans ce contexte que des rencontres ont été et seront organisées en Chaudière-Appalaches afin de faciliter la compréhension de la situation, favoriser l’échange entre les parties, et surtout, trouver des solutions.
M. Lampron constate également que les fédérations affiliées à l’UPA en Chaudière-Appalaches sont très préoccupées par l’ampleur du conflit actuel à l’échelle nationale. D’autre part, la CRÉ souhaite fortement que la recommandation des fédérations régionales de la Chaudière-Appalaches affiliées à l’UPA, visant à encourager leurs membres à maintenir les droits de passage sur leur terre à l’hiver 2010-2011, soit respectée dans un contexte où une entente doit intervenir entre le gouvernement du Québec et l’UPA d’ici le 2 décembre 2010.
À propos de la CRÉ
Rappelons que la CRÉ constitue l’interlocuteur privilégié du gouvernement du Québec en matière de développement régional en Chaudière-Appalaches. Elle a principalement pour mandat d’encourager le développement régional, de favoriser la concertation des partenaires régionaux et de donner, le cas échéant, des avis au gouvernement.
Source : Sylvie Fortin