RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

L’UPA appuie les forages



Communiqué Union paysanne Sainte-Hyacinthe, le 29 septembre 2010 – Dans 9 décisions rendues par la Commission de Protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ) en 2009-2010, autorisant des forages gaziers, l’UPA a appuyé les demandes des promoteurs.
Les autorisations délivrées par la CPTAQ, toutes obtenues avec le consentement écrit de l’UPA, démontrent clairement que l’organisation a déjà choisi son camp. «Pourquoi l’UPA, qui dit vouloir défendre les intérêts des agriculteurs, qu’elle juge démunis devant des compagnies gazières, appuie-t-elle en même temps des projets de forages ? », s’interroge Benoît Girouard, président de l’Union paysanne.
Les récentes déclarations de l’UPA, à l’effet que l’organisation négocie un protocole d’entente avec l'Association pétrolière et gazière du Québec (APGQ) dénotent une proximité inquiétante entre eux et l’industrie gazière. Le piétinement des meilleures terres agricoles du Québec se fera-t-il par le biais d’un accord conclu entre l’UPA et l'APGQ portant sur les modalités d’exploration et d’exploitation du gaz de schiste?
Mais la question qui reste sans réponse est : quelle expertise a l’UPA pour traiter ce dossier? Tandis que tout le Québec se questionne sur les impacts environnementaux et sociaux de l’exploitation des gaz de schiste, que les débats n’ont pas encore été faits, l’UPA, elle, a commencé à négocier une entente cadre il y a près de deux ans sans même connaître les impacts agricoles et environnementaux.
L’UPA doit cesser de négocier à rabais et en cachette le territoire agricole comme s’il lui appartenait. Les gens des campagnes feront les frais d’un pacte déjà consommé dont ils seront les otages. Devant ces faits, «il devient urgent qu’un moratoire soit mis en place car la population tient à garder les campagnes vivantes, décider de leur avenir et être renseignée correctement», termine Véronique Côté, représentante citoyenne au sein de l’Union paysanne.
Source: Benoît Girouard