RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Coupures budgétaires pour l’aménagement sylvicole en forêt privée



Lac-Etchemin, le 17 septembre 2010 - Le 20 août dernier, dans le cadre des Ententes Canada-Québec – Initiative de création d’emploi pour le secteur forestier, on annonçait un investissement de 2,6 millions $ pour la région de Chaudière- Appalaches en 2010-2011. Dans cette enveloppe, l’Agence de mise en valeur des forêts privées des Appalaches bénéficie d’un montant de 1 million $. Cette entente de deux ans, lancée en 2009-2010 et financée à parts égales par les gouvernements du Canada et du Québec, a pour but de maintenir et de créer des emplois dans les régions afin de les aider à faire face à la crise forestière.
En principe, dans le cadre de ce programme, l’Agence de mise en valeur des forêts privées des Appalaches devait bénéficier d’un montant de 2 millions $ annuellement pour les deux années afin de financer des travaux d’aménagement sylvicole en forêt privée. En juin dernier, alors que les travailleurs sylvicoles étaient à l’oeuvre, on nous annonçait que le budget pour l’année en cours était amputé de moitié, donc de 1 millions $.
En plus de cette coupure, on nous informait d’une réduction de 5 % dans le Programme d’aide à la mise en valeur des forêts privées. Le budget dédié à l’aménagement forestier dans ce programme a fondu de près de 120 000 $ pour l’Agence des Appalaches.
Certes, ces nouvelles ont été un dur coup pour les travailleurs sylvicoles. En effet, faisant face à un surplus de main-d’oeuvre, les conseillers forestiers ont réagi et certains ouvriers ont vu leur saison de travail écourtée ou ont perdu leur emploi. Pour l’Agence des Appalaches, on estime à près de 4 000 jours-personnes l’impact de ces réductions pour les ouvriers sylvicoles et propriétaires qui réalisent leurs travaux. La main-d’oeuvre sylvicole est déjà difficile à recruter et ceci ne facilitera en rien les choses d’autant plus que le PIS-FAC visait la création d’emplois en région et que les budgets avaient été engagés sur deux ans.
Les répercussions se font aussi sentir auprès des propriétaires de boisés qui ne pourront tout simplement pas bénéficier de l’aide financière qui avait été prévue. En 2009-2010, plus de 1 500 propriétaires forestiers du territoire, soit environ 12 % d’entre eux, ont pu obtenir une aide financière de l’Agence des Appalaches pour l’exécution de travaux.
Finalement, il est important de mentionner que malgré les coupures que nous avons subies cette année, les budgets dédiés à la forêt privée sont tout de même supérieurs à la moyenne des années précédentes. Par contre, certains engagements n’ont pas été respectées en 2010-2011 et l’Agence des Appalaches tenait à faire le point afin d’informer les propriétaires de boisés de l’impact que les réductions ont eu dans notre région. L’Agence et ses partenaires souhaitent que les budgets octroyés pour l’aménagement sylvicole en forêt privée soient maintenus et surtout stabilisés pour les prochaines années afin que nous puissions planifier plus efficacement les travaux, garantir la période d’emploi des ouvriers sylvicoles et maintenir l’activité économique en région.
Pour obtenir de plus amples renseignements veuillez communiquer avec M. Jean-Pierre Faucher, directeur, à l’Agence de mise en valeur des forêts privées des Appalaches au 418 625-2100.
Source: Jean-Pierre Faucher, ing.f.