RSS
| Abonnement | Journal virtuel

Les malaises de l’USDA et de la bourse de Chicago

Stéphane D'AMATO,

Le 11 septembre dernier, l’USDA a publié son percutant bilan de l’offre et la demande de la récolte américaine de maïs, de blé et de fève de soya. Répondant aux attentes des analystes, il a augmenté sa prévision de rendement de maïs de 167,4 bu/acre à 171,7 bu/acre, et de 45,4 bu/acre à 46,6 bu/acre pour la fève de soya.

C’est donc dire que l’USDA a trouvé 4,3 bu/acre de maïs et 1,2 bu/acre de soya 30 jours après sa prévision du mois d’août. C’est quand même pas mal de maïs et de soya en 30 journées, mais comme je m’appuie tout le temps sur les chiffres de l’USDA, je ne vais pas commencer à croire que leur crayon était mal aiguisé…

En date du 11 septembre, le marché des grains de Chicago a réagi à la baisse, suite à ce rapport. Le prix du maïs de décembre est à 3,41$/bu, celui de la fève de soya de novembre à 9,81$/bu et celui du tourteau de soya de décembre à 329$/TC.

En toute franchise, je crois que le prix des grains est trop bas par rapport aux ratios historiques de l’inventaire/utilisation, et par rapport à la robustesse de la demande mondiale en ce moment. Dans les faits, ce sont les fonds d’investissement qui sont négatifs sur les prix, comme en fait foi l’importante position de vente que ceux-ci détiennent en fève de soya. Ce niveau de position de vente est aussi important que celui d’octobre 2006 alors le prix du soya était à 5,47$/bu! Quelques semaines après, les prix des grains avaient explosé à la hausse pour s’établir dans un nouveau corridor de prix que le marché a traversé à la baisse cet été.

Il n’y a aucune raison de croire que les récoltes de grains sont volumineuses au point qu’elles génèrent des inventaires gigantesques qui congestionnent les marchés domestique et d’exportation aux États-Unis. Les fonds d’investissement apportent beaucoup de liquidités aux marchés à terme de Chicago, ce qui est une bonne chose. Parfois, leurs achats poussent les prix vers le haut exagérément, parfois leurs ventes poussent les prix trop bas. C’est le cas en ce moment. Le maïs ne vaut pas moins que 4,00$ et la fève de soya pas moins de 10,00$.

Avis aux éleveurs : il faut continuer d’échelonner des achats de grains à prix fermé pour profiter des bas prix en ce moment, si ce n’est déjà fait. Les bases sont très élevées mais le bas prix à Chicago est avantageux sur le prix total. Le défi que vous avez maintenant est de négocier des bases à la baisse pour 2015 et 2016, chose qui sera possible seulement quand Chicago entreprendra une remontée.

Les producteurs de grains doivent sortir de la torpeur dans laquelle le marché de Chicago les a plongés. Le très bas prix à Chicago a poussé les bases de maïs, de fève de soya et de blé vers le haut. Voilà une opportunité qu’il faut évaluer sérieusement. Beaucoup de producteurs possèdent encore du maïs de la vieille récolte entreposé à la ferme. D’autres possèdent leur récolte de blé. Beaucoup auront du soya à vendre aux battages. Soudainement, les producteurs sont aux prises avec une commercialisation des grains complexe.

Téléphonez-moi à 450-813-9600, on en discutera. On vous proposera des solutions, des idées de commercialisation et des prix de grains. Nous avons d’excellentes bases de maïs et de soya à offrir aux producteurs de grains. Et nous sommes acheteur d’orge, d’avoine et de blé.

 

 

Tableau des grains

 

 

 

MAÏS

FÈVE DE SOYA

TOURTEAU DE SOYA

BLÉ FOURRAGER

CANOLA

DOLLAR CAD

 

Ferme

St-Hyacinthe

Ports

St-Laurent

Wagon

St-Hyacinthe

Wagon MTL

Wagon Bécancour

Taux de change

7 juillet 2014

197

515

620

295

565

1,07

4 août     2014

192

443

575

295

542

1,09

11 sept.

2014

195

417

540

290

506

1,11

Note: tous les prix sont en dollar canadien par tonne métrique pour livraison immédiate.

Malgré la baisse continue du prix à Chicago, le prix du maïs au Québec s’est maintenu élevé car les producteurs ont fermé la porte de leurs silos depuis juillet. C’est pour cette raison que du maïs américain entre au Québec depuis l’été pour approvisionner les meuneries. Puisque la récolte québécoise s’élèvera aux environs de 3 millions de tonnes cet automne, le maïs américain sera encore présent dans notre marché fort probablement jusqu’à l’automne 2015.

Le prix de la fève et du tourteau de soya a fortement chuté suite à la baisse radicale du prix de la fève à Chicago. Le prix du blé sera à la baisse cet automne puisqu’une importante proportion de l’abondante récolte de l’Ouest sera déclassée à fourrager.

La Vie Agricole

Météo media

Publicités

Distribution

 

 

Abonnement

Nous contacter

Conditions d'utilisation