RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

L’Homme derrière les jeux de 2018

Yannick PATELLI ,

Au rythme de deux visites par jour, Roger Deslauriers, directeur général de l’ancien site équestre olympique à Bromont, inspecte toutes les installations des Jeux Équestres Mondiaux Alltech FEI 2014 en Normandie. D’ores et déjà, il nous dit être confiant sur la faisabilité du projet 2018 au Québec. Il est sûr que les prochains jeux seront un succès : ``Ça sera plus simple chez nous à organiser avec deux sites au lieu de huit comme ici. Au Québec il s’agira des jeux Bromont-Montréal, ainsi on pourra faire la cérémonie d’ouverture au Stade Olympique de Montréal.`` Et sur le show d’inauguration, Roger Deslauriers est certain qu’on dépassera les attentes du public puisqu’il confirme dès maintenant que le Cirque du Soleil sera en charge du spectacle d’ouverture.

Côté hébergements, Roger Deslauriers encore là se montre serein : `` Les Cantons de l’est ont 3800 chambres et Montréal 24 000 chambres et ce sont des régions habituées à l’accueil touristique. Et puis des hôtels ont été répertoriés pour présenter la candidature Bromont jusqu’au Vermont voisin.``dit-il.

Des navettes  entre Montréal et le site des compétitions circuleront en 55 minutes d’un point à l’autre. Sur le plan des infrastructures, il est clair que, dès cet automne, de la construction débutera à Bromont avec la création de loges VIP et d’un manège intérieur.

Le budget d’opération des jeux 2018 est évalué à 68 millions de dollars. Roger Deslauriers aimerait démystifier l’aspect élitiste de la compétition équestre. Il rappelle que ce sport intéresse de plus en plus les personnes novices dans ce domaine parfois parce que simplement intéressées à en connaitre plus sur une activité agréable à regarder. Il nous rappelle que le reining pendant les Jeux Équestres Mondiaux à Caen a refusé 3000 places. Preuve que le succès de l’équitation est de plus en plus populaire. Roger Deslauriers est persuadé que dans quatre ans, Les Jeux Équestres Mondiaux seront le plus gros évènement du Québec. Il souligne aussi : `` On peut être fiers de nous car le site olympique de 1976 qui sera réutilisé en 2018 est le seul site olympique à vocation cheval encore en opération dans le monde.``