RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

De 1930 à 2014, toujours les mêmes problèmes ?

Patricia PROULX ,

Au moment où nous soulignons les 90 ans de L'UPA au Québec (autrefois appelé L'UCC) et que le sommet des coopératives affirmait le 9 octobre dernier songer à une intercoopération entre les coopérants du monde financier et ceux du monde agricole pour créer un fonds qui servirait à assurer la sécurité alimentaire de la planète, il est intéressant de mentionner que tous ces enjeux et ces questionnements au sujet des coopératives étaient, d’une certaine manière, déjà d'actualité il y a presque 100 ans dans les journaux agricoles de l'époque.

Les problèmes étaient les mêmes, mais à plus petite échelle : Unir les petites fermes qui avaient du mal à subsister à cause de la pauvreté ou en raison du manque de main-d'œuvre. On parlait dans les journaux de l’époque du problème de la relève et des jeunes qui désertaient la ferme familiale. On disait qu’en fusionnant pour devenir une plus grande ferme, cela apporterait une meilleure sécurité financière et donnerait l'assurance qu'il y ait des travailleurs en assez grand nombre pour l'exploiter adéquatement.

On disait alors que créer des coopératives permettrait d'unir des paroisses, relancer de façon différente l'industrie des produits laitiers (fromagerie, beurrerie...). On expliquait que fusionner permettrait de partager le coût d'exploitation. On disait dans ce temps-là que devenir plus grand signifiait être plus fort et plus connu. La presse de l’époque relate qu’une seule marque reconnue valait mieux que plusieurs petits commerces inconnus voués à la non rentabilité ou à la fermeture.

Il était question de s'unir aussi pour que cesse l'injustice dû à la différence de prix de vente entre fermes, commerces au Québec mais aussi entre les provinces. Cependant, même à l'époque, à la fin des années 30, la question de la peur de créer d'autres problèmes se posait : On s’interrogeait à savoir si les coopératives n’entreraient pas en concurrence au risque de s'entredétruire ?

Toutefois, les ambitions coopératives d’aujourd’hui auraient-elles des liens avec les projets de celles de l'époque : s'unir pour être plus fort pour couvrir un plus grand territoire, que l’on dit maintenant planétaire ! Et des divergences similaires semblent encore exister de nos jours en 2014, entre ceux qui veulent plus de coopération et plus de contrôle étatique et ceux qui préfèrent une totale indépendance, un retour dans l’histoire qui rappelle l’opposition des forces actuelles : pour ou contre, plus ou moins de libre-échange ?

 

Sources :

En ordre d'apparition dans le texte/Le soleil p. 23, affaires vendredi 10 octobre 2014 texte de Yves Therrien/Le journal d'Agriculture volume38 numéro 16. Le 20 octobre 1934 p.12 article La vie coopérative et ça et là, et p. 5 Au congrès de la Société d'Industrie laitière/Le Journal d'Agriculture volume 37 numéro 48. 26 mai 1934 p.36 article çà et là p.3 article La coopération au secours de l'industrie laitière.