RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Les fonds d’investissement font peur à l’État français

LVA ,

(LVA) Le prix de l’hectare de forêt en France est à la hausse. Plus 1,6 % en 2013. Le marché tend à devenir financier. Le prix moyen s’établit à environ 3990 euros l’hectare selon l’indicateur 2014 du marché des forêts en France publié par la Société Forestière de la Caisse des Dépôts. L’année 2013 contrebalance donc l’année 2012 qui avait été elle en chute de 1,6 % de valeur à l’hectare. Il faut remonter à 2010 et 2011 pour respectivement observer des valeurs très haussières en France : respectivement + 8 % et + 10,4%. Ensuite il faut savoir que la valeur à l’hectare varie selon le lieu géographique de la forêt. Si on parle de plus de 6000 euros au nord du bassin parisien on trouve des forêts entre 2000 et 3000 euros l’hectare dans le Massif central. On trouve aussi dans certains coins de France des forêts à 620 euros l’hectare ! Ensuite il faut tenir compte de la valeur économique des parcelles. L’hectare côte moins dans les petites parcelles surtout achetées par des ruraux qui veulent  s’approvisionner en bois de chauffage mais c’est dans ce domaine que les transactions sont allées bon train ces derniers temps. Le marché des grandes forêts de plus de 100 hectares est différent, il stabilise à environ 5000 euros l’hectare mais le nombre de ventes a chuté de 30 %. Si pour l’essentiel on considère que les forêts françaises sont encore propriété d’agriculteurs, la part des personnes morales augmente ( 41 % des acquisitions cette année contre 31 % en 2005). Certains craignent que l’hectare de forêt dont la valeur  a progressé de 46 % dans les quinze dernières années devienne une valeur refuge pour les fonds d’investissement.

Le journal économique français Les Échos publiait en mai dernier une étude démontrant l’inquiétude de l’État français qui craint que la valeur de marché s’écarte de la valeur de production et de la venue éventuelle d’investisseurs étrangers puisque la forêt française reste d’une valeur inférieure de 10 à 20 % en comparaison au reste de l’Europe