RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Agropur aux États-Unis !

Gérard SAMET ,

Face à la volatilité des marchés, Agropur choisit le mouvement.La coopérative laitière québécoise Agropur fait face à une concurrence de plus en plus rude en Amérique du nord. Les analystes parlent de volatilité du marché.  Pour y faire face, ce fleuron de l’industrie, une propriété collective depuis 1938, a engagé un grand effort d’adaptation.

Les consommateurs ne sont plus très fidèles. Ainsi les résultats d’exploitation 2014 sont en diminution dans les deux principales divisions de la coopérative, Natrel et produits frais d’une part, Fromages et Ingrédients d’autre part. Robert Coallier, chef de la direction d’Agropur depuis trois ans, a anticipé cette situation. Il a décidé d’élargir la voilure de l’entreprise et d’utiliser toutes les techniques de croissance possibles pour mieux l’adapter au marché. Résultat, les revenus font un bond de 21,3% pour s’établir à 4,7G$.

Lors de l’assemblée annuelle qui a eu lieu le 11 février à Montréal, il a déclaré « nous avons su tirer profit des possibilités de croissance et nous assurer une position de leadership en Amérique du nord». Agropur est aujourd’hui le plus grand transformateur laitier au Canada, l’un des plus importants en Amérique du nord. Avec 5,4 milliards de litres de lait traités sur une base annualisée, la coopérative se hisse parmi les 20 plus importants transformateurs laitiers au monde. Elle figure aussi parmi les 5 plus importants fromagers aux États-Unis. 3473 producteurs de lait sont membres d’Agropur, qui exploite 40 usines réparties en Amérique du nord et compte 8000 employés.

Bientôt la moitié du chiffre d’affaires aux États-Unis !

Pour assurer sa croissance, Agropur investit de façon continue pour protéger ses acquis. Son premier objectif a été d’assurer une croissance externe en Amérique du nord. Pour cela, le modèle d’affaires de l’entreprise permet une vision à long terme. Le but était d’élargir l’échelle d’Agropur par des gestes stratégiques qui ne rapportent pas toujours immédiatement. La consolidation de l’industrie laitière mondiale offre des opportunités d’acquisition d’usines chefs de file, dont la réputation est grande. La direction d’Agropur a pu ainsi augmenter en Amérique du nord la diversité de son approvisionnement et de sa production dans un esprit d’optimisation des ressources. Dans les prochaines années, près de la moitié du chiffre d’affaires proviendra des États-Unis.

Le second objectif a été de privilégier l’innovation, par la création de nouveaux produits et de nouvelles marques. La plus spectaculaire a été IÖGO, créée il y a moins de deux ans, avec un succès conséquent en chiffre d’affaires. En 2014, Agropur a investi avec succès dans ses marques phares, IÖGO, Natrel et OKA, qui porte le marché des fromages fins au Canada. L’identification des consommateurs à ces marques, qui portent des produits de qualité et de nombreux nouveaux produits, est un moyen de sécuriser les parts de marché de l’entreprise.

Agropur, inquiète  par le doublement des quotas d’importation

Le troisième objectif est le développement de nouveaux marchés d’exportation hors Amérique du nord. Mais pas en Europe.

Agropur est  en effet préoccupé par le doublement des quotas d’importation des fromages d’Europe. Le souhait de la coopérative est la recherche d’une importation ordonnée de ces fromages par des joueurs qui en permettront la complémentarité avec les produits domestiques.

Mais l’entreprise ne croit pas que l’accord de libre échange avec l’Europe permettra l’exportation des fromages d’ici, puisque les subventions européennes à son agriculture ne leur assureraient pas d’y être compétitifs.