RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

«Dire la vérité même si ça fait mal»

Yannick PATELLI ,

Sylvie D’Amours a rejoint La Vie agricole ce matin pour s’exprimer sur le dossier de la compagnie Savoura placée sous séquestre: ``Je trouve épouvantable que le ministre de l’économie fasse juste regarder de près le dossier. C’est largement insuffisant ! Il faut sauver ce fleuron québécois qui représente 200 emplois.`` s’est exclamée la critique en matière agricole à la Coalition Avenir Québec (CAQ) 

``Que Paradis m’appelle !``

Elle ajoute : ``Et quand j’entends le ministre Paradis dire qu’il est un ministre modeste et qu’Hydro-Québec ne l’appelle pas tous les jours pour lui demander son avis, je trouve cela abominable. On a besoin d’un ministre proactif, pas d’un modeste. Est-ce que c’est une porte de sortie comme dans le dossier du sirop d’érable ou dans le dossier de l’abattoir Colbex ? M.Paradis nous dit lire le rapport Bolduc avant d’agir dans le domaine acéricole, j’espère qu’il lit vite car ça urge. S’il veut des idées, qu’il m’appelle, on va travailler cela ensemble.``, de dire Mme D’Amour.

Colbex, agir pour ne plus manger du bœuf américain !

``Concernant l’abattoir Colbex, le ministre refuse de rencontrer les producteurs qui avaient un projet de relance. Ce dossier-là doit être gratté même si ça fera mal au Parti Libéral, au président de l’UPA, Marcel Groleau, et à Françoise Gauthier. Tout a commencé quand elle était ministre de l’agriculture et maintenant c’est elle à la présidence de la Régie des marchés. Si on ne fait rien, les bœufs continueront de mourir en trajet et les consommateurs continueront de manger du bœuf américain !``

Retour sur Savoura

``¨Ça fait longtemps que les agriculteurs lèvent le drapeau rouge pour demander des investissements pour rester compétitifs dans le monde. Je suis déçu de M.Paradis car ce n’est pas un jeunot. Il a siégé 9 ans comme député sous Charest. Il a été président de la CAPERN. Pourtant Paradis a un discours compréhensif, il connait ses dossiers, il marche les terres et oui il y a une dynamique entre nous sur certains points comme d’ailleurs ça peut arriver avec le Parti Québécois mais là, on dirait qu’il n’a pas l’aval de son caucus. Pourquoi il n’a pas parlé aux banques pour leur demander d’être plus patientes avant la faillite ? Couillard manque de leadership et voilà ce que ça fait dans ce gouvernement !``

``Le pluralisme s’il veut le faire, qu’il le dise !``

Questionnée sur le choix récent du ministre Paradis de ramener Pronovost dans le décor (l’homme dont les conclusions de 2008 évoquaient de changer le modèle agricole), qui pourrait être perçu comme un signe de proactivité, Sylvie D’amours nous a déclaré :`` S’il veut changer les lignes et mener au pluralisme pour changer la donne, ce qu’il fait est malhabile. L’agriculture est en situation précaire, elle est en crise. S’il veut changer la donne, ça ne l’empêche pas d’aider au jour le jour les agriculteurs tout en redéfinissant l’agriculture pour plus tard. Je vous dis cela à vous car les propos que je pourrais dire à La Terre de Chez Nous, ne sortiraient pas forcément dans leur totalité.``

``Je suis libre de critiquer Pangea !``

Questionnée finalement sur la très prochaine Commission d’accaparement des terres, elle s’est dit satisfaite d’avoir obtenu la possibilité d’entendre tous les groupes et pas seulement Pangea. Au passage, elle rappelle que Charles Sirois, cofondateur de la CAQ et actionnaire de Pangea, est certes un ami personnel de François Legault mais que son chef lui a bien garanti qu’elle avait toute sa liberté de penser sur le dossier de l’accaparement des terres. `` Vous savez mon chef a aussi des amis au Parti Québécois et au Parti Libéral. Si besoin je suis libre de critiquer Pangea`` dit –elle en conclusion.