RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Le Québec millionnaire de soya et pauvre de maïs pour 2014-2015!

Stéphane D'AMATO ,

Enfin, un peu d’action sur les marchés des grains! Le rapport d’inventaire et de superficies du 30 juin du USDA a finalement fait craqué les spéculateurs pour les bas fonds du marché. En date du 3 juillet, $4,15 pour le maïs de décembre une baisse de $0,30 et $11,30 pour le soya de novembre une baisse de $1,00.

Au moment de lire ces lignes, vous aurez pris connaissance du bilan de l’offre et la demande du USDA du 11 juillet. Peut être que le marché a poursuivit sa baisse en bas de $4,00 pour le maïs et $11,00 pour le soya, sinon il aura probablement pris le chemin inverse mais il ne restera pas sur place.

Si vous êtes un éleveur qui attendez des aubaines, il faut agir maintenant. Quand le marché baisse rapidement comme il l’a fait pour le maïs et le tourteau de soya, il faut capturer cette opportunité en achetant une partie de la consommation prévue pour les 6 prochains mois.

Si le producteur de grain ne trouve pas son compte sur le prix à Chicago au 3 juillet, il trouvera par contre des offres de base extrêmement élevée en ce moment. Le dollar a monté de 3 cents au mois de juin et malgré cela, la base pour livraison en août est toujours à $1,00+septembre à St-Hyacinthe, témoignant de la fermeté du marché en ce début de juillet. La base pour la nouvelle récolte se situe à $0,80+décembre soit un niveau au-dessus de la valeur de remplacement chose rare à ce temps-ci de l’année. Voilà une excellente opportunité de base à capturer.

Selon la dernière évaluation de Statistiques Canada, 355 000 hectares de maïs et 345 000 hectares de soya ont été semés au Québec. À 8 t/ha de maïs, la production serait d’environ 2,8 millions de tonnes soit 1 million de tonne de moins que la récolte 2013. À 3 t/ha de soya, la production serait d’un peu plus de 1 million de tonnes!

On peut dire que le maïs et le soya au Québec seront deux opposés en 2014-2015. Il n’y aura pas de surplus de maïs important à exporter, probablement un peu de maïs à importer, mais la situation sera complexe à évaluer puisque nous seront toujours un peu en bas ou un peu en haut du point d’équilibre entre l’offre et la demande. Pour ce qui est du soya, l’automne risque d’être chaud avec la grande quantité de soya qui entrera dans le pipeline commercial.

Si vous avez du blé ou du soya non-OGM à vendre, téléphonez-moi, je vous indiquerai les meilleures opportunités du marché.