RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Renouveler la gestion de l’offre!

Yan TURMINE, agr. ,

Un autre 2%, une solution pour la relève de nos fermes?

L’annonce de donner un autre 2 % de quota additionnel non négociable aux producteurs de lait reflète bien la croissance des produits laitiers auprès des consommateurs. Ce 2 % s’ajoute au 13% que les producteurs de lait doivent produire en plus de leur quota détenu. À cela s’ajoutent à l’occasion des jours de plus. Une journée de plus équivaut à un peu plus de  3% du quota.  Dans un contexte comme celui-là plusieurs s’interrogent sur la façon dont ce quota supplémentaire est distribué, l’occasion ne serait-elle pas bonne d’en faire profiter les fermes en processus de transfert ?

 

Une solution pour créer 125 nouvelles fermes laitières !

Depuis 2007 les producteurs ont vu se rajouter à leur droit de produire du quota additionnel non négociable,  de 1 % en mars 2007 il est aujourd’hui de 15 %. Deux raisons à cela : la hausse de la demande au niveau du lait de transformation, mais aussi la difficulté de produire le lait qu’il y a à produire.  Demander aux producteurs de faire 2% de plus de lait au Québec, c’est l’équivalent de mettre en production plus de 6000 nouvelles vaches, à 50 vaches en lait par troupeau c’est 125 nouvelles fermes laitières. De plus on demande de faire plus de lait à des producteurs qui ont déjà de la difficulté à faire plus de lait, et c’est normal un troupeau laitier ça ne se vire pas d’un seul coup. Si tu es en situation de surproduction, ce 2% est bienvenue, si tu ne fais pas ton quota, tu ne risques pas de faire ce 2% tout de suite, cela prendre du temps. 

Les prochaines hausses de quota non négociable pourraient être données aux entreprises qui ont appliqué au programme de relevé. Ce don devrait se faire en quota négociable, afin de pouvoir donner un effet de levier financier à la ferme. De rendre du quota non négociable, on se prive d’un levier financier non négligeable, surtout dans le cadre d’un transfert de ferme, 2% de quota représente pour une ferme de 50 vaches,  27,000 dollars (imaginez-vous 15% !)

Aider les fermes laitières à assurer leur relève !

Le programme de relève est un programme  populaire, depuis 2002,  1611 entreprises y ont adhéré et c’est plus de 6000 kg de gras qui a été prêté.  Si une telle bonification du  programme d’aide à la relève était mise en place avec le quota  provenant des hausses de la demande, d’une part il profiterait à un très grand nombre de fermes, puisque la plupart d’entre elles ont de la relève. Elle permettrait aussi une croissance de ces entreprises. On aurait plus de chance que les producteurs sur le moyen et long terme puissent répondre aux augmentations de la demande, car elles reposeraient sur un droit de produire négociable permettant les investissements nécessaires et  une main d’œuvre pleine d’avenir.  N’oublions pas qu’il y a toujours les jours additionnels de production qui peuvent être donnés pour pallier à des hausses de demandes soudaines.

Aider la gestion de l’offre à se renouveler !

Une des grandes problématiques actuelles des fermes est le transfert des fermes. Sans régler tout, la situation de croissance dans la demande des produits laitiers est une excellente occasion de donner des outils financiers aux fermes laitières afin d’assurer leur  relève ou leur transfert. Cela impliquera des décisions sûrement difficiles, voir controversées, mais qui au final renforceront le système de gestion de l’offre et seraient une bonne leçon  pour ceux qui disent que le système de gestion  l’offre a de la difficulté à se renouveler.