RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Paradis et le cheval canadien

LVA ,

Le ministre Paradis soulignait à l’assemblée nationale le 19 mars dernier, le 350 ème anniversaire de l’arrivée des premiers chevaux en Nouvelle-France, ancêtres du cheval canadien. 

Il  a alors déclaré : ``Oui, merci, M. le Président. Comme vous le savez, 2015 marque le 350e anniversaire de l'arrivée des premiers chevaux en Nouvelle-France. Leurs descendants sont aujourd'hui connus sous le nom de cheval canadien. C'est en 1665 que le roi Louis XIV a décidé d'envoyer le premier contingent de chevaux destinés à la colonie. À peine six ans plus tard, la Nouvelle-France devient autosuffisante en ce qui a trait aux chevaux. À partir de ce moment, l'absence de croisements avec d'autres races et le contexte particulier dans lequel ces chevaux vivent forgent, au fil du temps, celui que l'on appelle aujourd'hui le petit cheval de fer.

Initialement destiné à la noblesse ainsi qu'au clergé, nos ancêtres les plus vaillants s'en servaient pour la culture des terres. Ces chevaux ont donc contribué à façonner le Québec d'aujourd'hui en transportant humains et marchandises, en défrichant et labourant nos terres agricoles. Le cheval canadien fait aujourd'hui la fierté de bien des Québécois ainsi que de nombreux passionnés à l'extérieur de la province. Il se classe parmi les meilleurs dans des compétitions internationales. En 1999, l'Assemblée nationale reconnaît le cheval canadien comme race patrimoniale du Québec.``

On sait que Pierre Paradis aime le monde du cheval. Le fait qu’il fasse raisonner à l’assemblée nationale cette passion est à la fois l’occasion de rappeler le rôle de l’agriculture et du monde équin dans le patrimoine québécois et sûrement aussi de poser un premier jalon pour la venue des Jeux Équestres Mondiaux au Québec en 2018  et rappeler l’importance du cheval dans la société québécoise.