RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Pour Groleau, tout va bien !

LVA ,

Sans faire de mauvais jeu de mots, tout coule dans l’érable selon le président de l’UPA, Marcel Groleau. Il déclarait dans un récent éditorial de La Terre de Chez Nous : ``L’industrie acéricole va bien``. Il y parle d’une industrie qui génère 10 000 emplois, qui contribue à hauteur de 600 M$ au produit intérieur brut du Québec et qui procure des revenus de l’ordre 104,5 M$ aux divers paliers de gouvernements.

À L’UPA, pas de place aux filous !

Il rappelle que depuis 10 ans, le nombre d’entailles est passé de 33 à 43 millions ( + 30 %) et les exportations canadiennes de 55 à 84 millions de livres ( +45 %). Il reconnait la diminution de la part québécoise dans le marché mondial avec l’arrivée de la concurrence dont celle des États-Unis mais il  déplore que les médias mettent le focus non pas sur le succès de l’érable mais sur les producteurs qui `` contournent les règles pour profiter des avantages du système sans y contribuer``. L’UPA semble loin de changer sa vision à lire le président. Pas de place aux filous de l’agriculture !

L’UPA, désavoué mais droit dans ses bottes !

Il rappelle que le sirop peut être acheté par le consommateur en vente directe si c’est pour usage personnel et qu’un acériculteur est libre de livrer son sirop à l’un des 60 acheteurs autorisés ou aux entrepôts de la Fédération. Il ne semble vraiment pas s’en faire avec les producteurs qui se plaignent de la présence de Garda sur leur érablières. Le couple Gaudreau/Bombardier en guerre contre sa fédération a plié pour survivre même s’il continue de désavouer l’attitude du syndicat.

Des frontières pas pour demain !

Une chose est sûre, un producteur d’une autre province peut vendre ici librement pas un québécois. Et comme des frontières au Québec ce n’est pas pour demain, le débat risque de perdurer. Pour Benoit Girouard, président de l’Union paysanne : ``L’agence de vente obligatoire c’est un système erroné qui ne fait que mettre en place des cartels``. Il ne reste plus qu’à attendre les décisions du ministre Paradis pour y voir plus clair.