RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Paradis veut l'accord sur la gestion de l’offre !

Yannick PATELLI ,

Lors de l’étude de crédits du ministère de l’agriculture, aujourd’hui le 5 mai, le ministre Paradis a demandé à tous les partis de le suivre pour défendre la gestion de l’offre qu’il qualifie de système efficace pour la richesse agricole du Québec. Le Parti Québécois critique officiel a, quant à lui, fait connaitre ses inquiétudes notamment sur les traités internationaux, la relève et l’accaparement. André Villeneuve, député péquiste critique en matière agricole, a dit vouloir aussi  un gouvernement qui croit à l’agriculture et un engagement du ministre Paradis en ce sens.

Les traités internationaux inquiètent le PQ

Sur le libre-échange, André Villeneuve a demandé au ministre Paradis : ``Serez-vous défenseur à tout crin de la gestion de l’offre ?``. La réponse du ministre provincial en charge de l’agriculture fut de rappeler qu’il récupère une situation survenue sous un gouvernement péquiste :`` J’ai hérité de la situation, le fédéral veut verser des compensations tel que négociées par le PQ à l’époque. Dans le champ on appelle ça des chèques de BS. Les agriculteurs préfèreraient des normes de réciprocité``. Mais il a rappelé que ces traités sont aussi des accès en Europe à 500 millions de personnes et 800 millions de personnes avec TransPacifique. ``L’agriculture au Québec c’est 40 % sous gestion de l’offre, le lait et les plumes…S’il fallait que ça tombe ça serait catastrophique. Le Premier ministre m’a donné le mandat de sauver la gestion de l’offre, j’y travaille. À la veille d’une élection fédérale, s’il fallait que le président américain obtienne le fast-tract, on sera sous peu devant le fait accompli``. Le consensus souhaité par le ministre de l’agriculture ne pourrait bien évidemment n’avoir qu’un rôle d’influence puisque les vraies décisions ne se prendront pas au niveau provincial. Le même jour les ministres de l’agriculture du Québec et de l’Ontario Paradis et Leaf émettaient une lettre commune dans laquelle ils souhaitent le maintien de la gestion de l’offre. Ils ont écrit au ministre fédéral Ritz:`` En ce qui a trait aux négociations du PTP, nos deux gouvernements vous incitent fortement à reconnaître l’importance de la gestion de l’offre et souhaitent savoir si vous avez toujours l’intention de maintenir votre position antérieure, qui consiste à soutenir les piliers clés de ce système. Nos deux gouvernements appuient le maintien de la gestion de l’offre dans son intégralité et vous pressent de prendre les mesures nécessaires pour défendre et maintenir ce système qui bénéficie à la fois aux producteurs et aux consommateurs``.