RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Paradis plébiscite Boissonneault

Yannick PATELLI ,

Devant les producteurs de porcs ce matin à Québec, avant d’entrer dans les détails des programmes en lien avec leur secteur, le ministre Paradis leur a plutôt servi un rappel historique qu’il ne semblait pas juger glorieux pour les précédents gouvernements péquistes puis les a félicité pour leur réussite et a ensuite déversé des torrents de félicitations au président de la filière porcine, David Boissonneault.

`` On est arrivé au pouvoir avec un déficit annuel de 7,3 milliards sur un budget de 90 milliards de dollars. On l’a ramené à 2,3 milliards et on sera à l’équilibre en 2016`` a déclaré Pierre Paradis, ministre de l’agriculture, lors de son discours devant le parterre de producteurs de porcs de la province dans le cadre de l’assemblée générale annuelle de la filière Les Éleveurs de porcs du Québec au Château Laurier à Québec ce matin.

``En 1982, rappelez-vous que René Lévesque a dû couper les fonctionnaires de 20 % et c’est Wall Street qui en a décidé ainsi. En 1995, Lucien Bouchard a exercé des départs massifs à la retraite pour les infirmières et c’est Wall Street qui en a décidé. Nous, on a décidé avant Wall Street ! Tout le monde y a goûté, l’agriculture aussi. ``

Dans la foulée, il a tenu à remercier les agriculteurs pour leur contribution suite aux coupures à La Financière agricole et à souligner le dynamisme de la filière :`` Votre apport économique est en progression constante dans toutes les régions. En valeur, + 25 % en production, + 20 % en transformation. Vous avez exporté autant de porcs que d’hydroélectricité. Bravo !``

David Boissonneault reçoit tous les honneurs de Paradis

Il n’a pas manqué de bons mots pour David Boissonneault, le président de Les Éleveurs de porcs du Québec, allant jusqu’à exprimer toute sa gratitude à sa famille qui l’a si bien reçue lors de son passage sur son exploitation. Il n'a eu que des éloges pour David Boissonneault à la tête de la filière porcine, il dira d'ailleurs : `` Il est un exemple pour les autres filières agricoles. Il est un fin négociateur qui a su comment me kidnapper avec une virée en pick-up lorsque je suis passé sur sa ferme . J’ai été accueilli là comme un membre de la famille.``

Le ministre Paradis a ensuite annoncé que M.Boissonneault avait été nommé la veille par le Conseil des ministres sur le conseil d’administration de La Financière agricole du Québec. À entendre toute cette pluie d’informations ultra positives sur lui, il ne serait pas étonnant que David Boissonneault se sente pousser des ailes pour briguer la présidence de l’UPA cet automne!