RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Garon au Temple de la Renommée

Simon BEGIN ,

Celui qui est considéré par plusieurs comme le plus grand ministre de l’Agriculture du Québec, M. Jean Garon, fera son entrée au Temple de la renommée de l’Agriculture du Québec en septembre prochain.

Cette reconnaissance survient près d’un an après le décès de M. Garon, le 1er juillet 2014,  et trente ans après qu’il ait quitté le poste du ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation en 1985.

La candidature de M. Garon a été préparée et soumise par un admirateur de longue date et concitoyen de M. Garon, M. Cyril Dubé, avec l’appui de la famille et des amis de M. Garon.

Au moment du décès de M. Garon, M. Dubé a ressenti comme une nécessité que cet hommage lui soit rendu.  Sa recherche a fait ressortir l’ampleur de l’œuvre de M. Garon pendant les neuf ans où il a été à la tête du ministère : adoption ou modification de plus de quarante lois, tenue d’une douzaine de conférences socio-économiques ayant permis l’émergence de  plusieurs grands consensus qui structurent encore le secteur agro-alimentaire québécois, un effort constant de communication et de vulgarisation qui ont rapproché comme jamais le monde de la ville et celui de la campagne autour de la nécessité de « nourrir le Québec ».

Sous son règne, le taux d’autosuffisance alimentaire du Québec est passé de 47% en 1976 à plus de 80% au moment de son départ en 1995.

M. Garon est entre autres le « père » de la Loi sur la protection du territoire et des activités agricoles, de la première véritable politique céréalière du Québec, de la stratégie Fleurir le Québec qui a vu une véritable explosion de l’horticulture ornementale québécoise, de la reconnaissance des femmes en agriculture et du rapprochement entre les chefs de cuisine et les produits du terroir québécois.

Pour plusieurs, au-delà de toute considération partisane, l’héritage de M. Garon demeure toujours pertinent trente ans après son départ, avec des valeurs fortes comme la primauté de la ferme familiale indépendante et efficace, la légitimité de l’intervention de l’État pour soutenir l’agriculture, la nécessaire collaboration entre tous les maillons de la chaîne agro-alimentaire et la recherche du plus haut niveau de qualité pour les aliments produits au Québec.

L’entrée de M. Garon au Temple de la renommée de l’Agriculture du Québec, ne peut que contribuer à  perpétuer cet héritage et à souligner son importance.