RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

L’impasse du PTP est avérée !

LVA ,

Suite à la conclusion hier de la réunion ministérielle sur le Partenariat transpacifique (PTP), la Fédération canadienne de l'agriculture (FCA) s’est dit déçue que les différents pays n'aient pas réussi à conclure une entente. Selon elle, cela signifie que de nombreux pays et secteurs ne disposent pas d'une claire feuille de route pour l'avenir. L’impasse du PTP est avérée.

« Notre espoir est que les négociateurs reviendront rapidement à la table et poursuivront la négociation d'un accord commercial qui reconnaît les besoins de tous les agriculteurs canadiens », a déclaré le président de la FCA, Ron Bonnett. Selon la FCA tout retard dans la conclusion du PTP crée de l'incertitude pour l'ensemble des agriculteurs canadiens. Elle rappelle que dans les secteurs assujettis à la gestion de l'offre, les producteurs ont des doutes quant aux décisions commerciales à prendre à la ferme. Et que les agriculteurs qui produisent des denrées destinées majoritairement aux marchés d'exportation font face à de l'iniquité due à des écarts dans les règles et le traitement de nos concurrents.

Une impasse ?

En ce qui concerne le dossier agricole, il semble que plusieurs pays se trouvent dans une impasse. La délégation de la FCA à Hawaï a eu des rencontres régulières avec des représentants du gouvernement canadien, y compris avec le ministre du Commerce international, Ed Fast, et les négociateurs agricoles en chef afin de discuter de la position du Canada. L'équipe de négociation canadienne a continué de souligner qu'elle souhaitait une forte amélioration de l'accès aux marchés pour les marchandises qui dépendent des exportations, tout en protégeant les secteurs assujettis à la gestion de l'offre.

« Au nom des agriculteurs canadiens, j'aimerais reconnaître et remercier le gouvernement pour les importants et excellents efforts qu'il a faits durant les négociations au cours des deux dernières semaines. Il est clair que le gouvernement a adopté une position de négociation qui reconnaissait les besoins de tous les agriculteurs canadiens, et nous nous attendons à ce que les futures négociations continuent sur cette voie », a observé M. Bonnett.