RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

La crise du porc en Europe persiste

LVA ,

Le dossier du Journal du dimanche cette semaine en France portait sur le divorce entre éleveurs de porcs et industriels ( distribution et abattage). La crise du porc Outre-Atlantique persiste. C’est aujourd’hui lundi 17 août que le ministre de l’agriculture français affaibli par la grogne des campagnes, Stéphane Le Foll, reçoit à nouveau les éleveurs.  Les groupes industriels acheteurs bloquent l’achat de porcs qu’ils trouvent trop cher au kilo. Pendant ce temps-là les pays voisins (Allemagne, Espagne, Danemark) ont des marchés d’exportation en expansion.

Le prix négocié avec le gouvernement français à 1,40 euro le kilo ( 2,00$ can) leur parait trop élevé et pas réaliste avec le prix plus économique ( 1,15 euro le kilo / 1,60 $can) pratiqué par les autres pays européens. Les éleveurs français à la tête de petites exploitations sont largués. Parfois le choix politique ne suffit plus lorsque les règles du marché s’étendent au-delà du pays d’origine d’exploitation.

Les éleveurs français promettent  donc une rentrée politique parsemée de manifestations. Alors qu’avant la critique était concentrée sur les distributeurs il semble là que les plaintes s’orientent vers les abattoirs industriels. Du côté des industriels on s’étonne du débat qui se répand quand la réalité fait en sorte que d’autres pays sont en mesure de produire du porc à moins cher et ils demandent aux producteurs français de voir à leur productivité.

Les syndicats divergent. Pour la Confédération paysanne il est temps de refuser ce modèle libérale et la production de masse et ce syndicat veut une méthode de fixation des prix et une stratégie de substitution aux exportations. La Coordination rurale, autre syndicat, veut quant à elle harmoniser les charges sociales en Europe pour donner la même chance à chaque éleveur. La FNSEA, syndicat majoritaire,  est le principal syndicat à la tête des négociations et des manifestations même si des reproches commencent à fuser contre son leader Xavier Beulin, à la fois à la tête du principal syndicat de France et dirigeant du groupe Avril.

 

*Avril est une entreprise agricole française qui produit notamment du biocarburant et de l'huile végétale. L'entreprise Avril a cumulé un chiffre d'affaires de 7 milliards d'euros en 2013