RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Exclusif: Fronde contre la Fédération des producteurs de Lait!

Yannick PATELLI ,

La Fédération, Les Producteurs de Lait du Québec, organisait cet après-midi une rencontre d’information auprès des agriculteurs de la région de Lachute sur la fluctuation des prix du lait. Ils sont venus deux cent pour écouter mais surtout protester contre leur Fédération qu’ils jugent actuellement inefficace.

Les représentants de, Les Producteurs de Lait du Québec, dont le président Bruno Letendre ont présenté une nuée de chiffres expliquant que la baisse des prix du lait (ex: La poudre de lait a chuté de 3700 $ US à 1900 $ US la tonne), était due aux aléas de la demande mondiale et de la consommation de beurre et de crème (augmentation de 4 % par an).

Inaction de la Fédération ?

Les producteurs présents ont questionné cet argumentaire en rappelant que justement ils étaient censés être protégés des fluctuations de prix par la gestion de l’offre. Pour eux, la vraie problématique vient de l’inaction de la Fédération face au pouvoir des transformateurs et des distributeurs. Les producteurs présents en grand nombre dans la salle de l’hôtel Lorraine à Lachute ont accusé La Fédération, Les Producteurs de Lait, de mentir sur les chiffres dévoilés et ont sorti les leurs fournis par la Commission canadienne du lait (CCL).

`` Pourquoi vous ne dites pas clairement que la cause du problème ce sont les protéines laitières. On voit les camions passer aux frontières.``, ont-ils clamé. "Si on n’avait pas sorti l'info sur facebook, la Fédération continuerait de ne pas reconnaitre le problème des importations" a dit le producteur Bruno Saint-Pierre.

Bruno Letendre a rappelé que l’importation de protéines laitières a commencé dès 2002 mais il reconnait que le problème s’amplifie (31 millions de kilos en 2013, 44 millions de kilos en 2014 et probablement plus de 50 millions de kilos en 2015). Il a aussi reconnu qu’il s’agit maintenant de protéines liquides mais il a rappelé que les pays avec lesquels nous avons des accords de libre-échange le font légalement et peuvent importer ce type de produit tant qu’ils le veulent. Il a rappelé aussi que la Fédération se mobilise depuis 20 ans sur ce problème : `` On évalue toute base légale et on négocie avec les transformateurs. On ne vous ``bullshite`` pas. On veut le respect.``, a dit Bruno Letendre devant une audience démontée.

Système bien acquis par les géants canadiens

La Fédération n’a pas insisté sur le fait que même des multinationales canadiennes (Saputo et Agropur) utilisent largement ce système ce qui met en furie les producteurs sur le terrain qui s’interrogent aussi à savoir pourquoi, s’il y a eu surplus de lait, on leur a demandé de produire plus. Certains ont proposé d’imposer aux transformateurs: Un prix, un lait. `` On ne leur vend pas le jaune d’œuf à part du blanc alors pourquoi vendre le lait en éléments`` a dit une agricultrice dans la salle. Et d’ajouter : ``Je me posais des questions sur mon avenir en entrant ici. Je n’en sais pas plus en sortant. Qu’est-ce que vous faites pour nous ?``

Juste gâter les transformateurs !

Sophie Chartrand, de la ferme Plaisante à Plaisance a enchainé :`` On ne fait que gâter les transformateurs.``

``Si j’étais à votre place, je dirais la même chose mais je ne suis pas à votre place. On est pris avec les multinationales et les distributeurs`` lui a répondu le président un peu dépassé par le fronde venue de la salle. Christian Castonguay, producteur à Saint-Augustin de Mirabel, a déclaré avoir reçu des menaces pour des propos sur Facebook liant des transformateurs à la mafia du lait : `` J’ai été menacé sur Facebook pour avoir parlé du problème mafieux du lait!``, a-t-il dit.

Juste des douaniers américains pour surveiller les entrées au Canada ?

Quand des agriculteurs, qui avaient vérifié auprès du Fédéral, que seuls les douaniers américains contrôlent les protéines laitières qui rentrent au Canada, ont demandé à la Fédération de faire intervenir Santé Canada pour dénoncer la BST (hormone de croissance interdite au Canada) contenue dans les protéines laitières en provenance de nos voisins du sud, le président Letendre,  déstabilisé sûrement, a déclaré :`` On peut voir mais en faisant intervenir Santé Canada, il y a le danger de faire déclarer le fromage comme produit dangereux!``

`` Si on accepte l’invasion des protéines laitières, à quoi sert la petite vache bleue ?`` ont répondu les producteurs désemparés dans la salle.

La seule solution soulevée par les producteurs dans la salle, bien conscients de la valeur de leurs fermes pour l’économie du Québec, serait que les banques, le temps que les choses se replacent, acceptent de suspendre les remboursements de capital et intérêt.