RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Lait: Le retour des volumes régulés en Europe ?

LVA ,

Selon le magazine France Agricole, la  table ronde laitière qui s'est déroulée jeudi dernier, sous la présidence du ministre de l’agriculture française, Stéphane Le Foll, conforte les producteurs de lait dans son juste combat pour une revalorisation du prix du lait payé aux producteurs dans un contexte de crise et le syndicat Coordination rurale (CR) réclame le retour de la régulation

La grande distribution joue le jeu

On y apprend que la revalorisation vitale pour les éleveurs laitiers est possible car les engagements pris par la grande distribution sont tenus. Mais le médiateur en demande plus : « Le médiateur demande, en plus, la redistribution aux producteurs d'une partie des profits réalisés par les transformateurs sur les produits résultant de la transformation du lait collecté en France. En clair, les tarifs négociés au début de 2015 par la distribution et les entreprises n'ont logiquement pas anticipé la dégradation du prix du lait payé aux producteurs », explique la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL) à France agricole. On y rappelle aussi que le ministre a conclu les débats en recommandant “aux transformateurs de faire un effort sur le prix payé au producteur sur le dernier trimestre”.

Un retour à la régulation des volumes ?

La Coordination rurale (CR), suite à cette table ronde demande de nouveau la régulation  des volumes nous apprend le magazine français et il publie : ``Le syndicat apprécie de voir les industriels admettre que la volatilité des marchés et la faible valorisation du lait sont principalement dues à une surproduction engendrée par une absence de régulation. Mais il regrette que les coopératives, « dont l'autosatisfaction en matière de transparence des prix et de rétrocession aux coopérateurs suscite bien des interrogations », ne soient pas de cet avis. ``

Pour la Coordination rurale (CR), il est temps d'agir sur les quantités apportées au marché et de convaincre les pays que l'Union européenne a tout à gagner à réguler les volumes.