RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Le PTP: un supplice pacifique

Pierre NADEAU ,

L’entente est signée depuis quelques jours et l’information publiée contient peu de détails. La gestion de l’offre devra céder 3,25% de son marché en équivalent de lait et 2,1% en marché de poulet.  C’est moins que le 10% qui circulait comme rumeur mais c’est quand même beaucoup. Le Premier Ministre Harper annonce une compensation de 4,3 milliards de dollars sur une période de 15 ans  pour les deux accords soit l’accord avec l’Europe et celle-ci avec les 12 pays partenaires du Pacifique. L’entente avec l’Europe n’a touché que les producteurs laitiers et les fromagers alors que le PTP visera possiblement la totalité des produits. S’agira-t-il de vente au détail (produits avec des marques commerciales) ou de ventes pour la surtransformation?

Les nouveaux fromages européens qui entreront bientôt représentent une perte d’environ 2% du marché des producteurs laitiers et le PTP un autre 3,25%. La pénétration des fromages européens se fera de façon progressive sur une période de 5 ans et les importations relevant du PTP sera graduel aussi. Les deux ententes pourraient entrer en vigueur à peu près en même temps, soit au cours de 2017. 

La « compensation» sera étalée sur quatre éléments dont la protection de la valeur des quotas (1,5 milliards de dollars) , un programme de garantie des revenus (2,4 milliards de dollars), un fonds de modernisation de la transformation (450 millions de dollars) et une initiative de développement des marchés (15 millions de dollars). Les deux premiers visent les agriculteurs et les deux derniers semblent toucher les fabricants de produits. À première vue ces programmes semblent moins compensatoires au sens traditionnel du terme. Les deux premiers  sont des mesures de type assurance et les deux derniers visent l’accroissement de la compétitivité des fabricants.

 Nous sommes en élection. Qui sera le futur Premier Ministre du Canada? Est-ce qu’il voudra entériner l’entente? Est-ce que les programmes de «compensation» demeureront les mêmes s’il y a un nouveau gouvernement? La compensation ne semble pas très généreuse. Le gouvernement dans sa réflexion a-t-il assumé que les producteurs laitiers pourraient compenser une partie de leurs pertes par des augmentations de prix? Advenant un gouvernement minoritaire il y aura certainement  des négociations entre les parties politiques pour l’obtention d’une meilleure compensation?