RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

L’ITA campus La Pocatière à la dérive !

Jean-Pierre LEMIEUX ,

L'avenir de l'ITA campus de La Pocatière inquiète.L'ancien directeur de l'ITA campus de La Pocatière est très soucieux de l'avenir de l'institution. M. André Simard, ancien député péquiste de Kamouraska et ancien conseiller de François Gendron lorsque celui-ci était ministre de l'Agriculture, voudrait mobiliser la population de la région et pour ce faire, demande aux élus de rendre public le mémoire qu'ils ont présenté au ministre de l'Agriculture il y a plus d'un an. 

Besoin d’un changement majeur

André Simard se défend bien d'entreprendre une « sortie politique ». Le problème c'est que « c'est une entreprise (l'ITA) à la dérive ». M. Simard note qu'il y eu une directrice qui a quitté sans être remplacée. « On donne des cours s'il y a des élèves» sans être pro-actif dans le recrutement comme avant, laisse-t-il entendre. « C'est géré avec le ronron des coupures du discours comptable ». « Le reste ne semble pas avoir d'importance » ajoute M. Simard.

« On est à l'heure d'un changement majeur si on veut consolider à La Pocatière la formation collégiale, il y a le Cégep et l'institution ». L'ex-député ajoute : « le MAPAQ est un ministère à vocation économique, ce n'est pas de l'éducation ». Cette consolidation serait bénéfique et pour le CEGEP et pour la municipalité citant l'exemple du Cégep de Rimouski et l'Institut de marine.

Selon le député Morin une bonne nouvelle à l’horizon !

Selon le député de Côte-du-Sud, M. Norbert Morin, le ministre de l'Agriculture a pris connaissance du mémoire et est « en train de travailler sur quelque chose possiblement un projet de loi ». N'étant pas au courant du contenu, le député Morin a ajouté : « le ministre m'a dit que je devrais être content ».

Le comité a souhaité récemment avoir la visite du ministre Pierre Paradis. M. Morin estime que cela est bien possible. Le député approuve la démarche du comité en soulignant que l'ITA c'est important pour notre communauté. « C'est 150 ans d'histoire chez nous » ajoute-t-il.