RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Un homme en colère

Yannick PATELLI ,

François Pépin, promoteur du Salon du cheval et administrateur sur le conseil d'administration de la nouvelle association Cheval Québec est en colère contre le gouvernement et contre le ministre Pierre Paradis. `` La récente fusion des différentes associations du monde du cheval va dans le mur si le MAPAQ ne respecte pas sa parole``, nous a-t-il confié !

``Cheval Québec va droit vers la faillite``, Pépin

``On est pris comme les gars du bœuf. On n’a pas reçu l’argent promis pour couvrir les dépenses de 2015 et on nous dit au ministère que ce ne sera pas versé. Pour 2016, Paradis nous avait dit qu’on serait un exemple de fusion et on n’est pas capable d’entrer dans aucun programme. On va droit à la faillite avec Cheval Québec !`` nous a déclaré François Pépin très déçu des relations avec le MAPAQ.

L’omertà sur les Jeux équestres mondiaux 2018

Pourtant il y a quelques mois lorsque La Vie agricole parlait à Laure Chazerand aux communications de Cheval Québec tout semblait nager dans le grand bonheur!:  `` Le bonheur total c’est  un très grand mot mais ça s’est fait!`` de dire M. Pépin. Il reconnait que cette fusion n’a pas été imposée mais qu’elle était attachée à des garanties financières et un mode de simplification pour accéder aux subventions. Il nous dira même penser  à quitter Cheval Québec si rien ne bouge d’ici quelques semaines.

`` Comment opérer une nouvelle association qui commencerait avec un déficit de 200 000 $`` lance-t-il.  `` Pendant ce temps-là, on ne sait rien sur ce qu’il adviendra des Jeux équestres mondiaux 2018 au Québec mais le comité d’organisation a déjà reçu 1,6 million de subventions`` conclut-il. Au moment de mettre en ligne La Vie agricole n'avait pas encore pu avoir confirmation du versement prétendu au comité des Jeux équestres mondiaux 2018. Concernant le différend avec Cheval Québec, le cabinet de M.Paradis nous a rappelé ce 9 février pour spécifier que le MAPAQ entend respecter tous ses engagements.