RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Tous ne sont pas de l’avis de L’UPA et de la FPAQ !

Yannick PATELLI ,

La guerre est déclarée dans le sirop ! Alors que l’Union des producteurs agricoles (UPA) et la Fédération des producteurs acéricoles du Québec (FPAQ) manifestaient à Québec ce matin, de nombreuses associations ont communiqué dans les médias en soutien au gouvernement Couillard pour qu’il applique le Rapport Gagné !

L’UPA et la FPAQ craignent la fin des quotas partout !

Serge Beaulieu, président de la Fédération des producteurs acéricoles du Québec (FPAQ) a tenu une conférence de presse ce matin accompagné du président de l’UPA, Marcel Groleau et de tout l’establishment du syndicat et de la FPAQ.  À leurs yeux, le rapport Gagné possède tous les ingrédients pour appauvrir les producteurs et rendre inopérants leurs mécanismes de développement. ``Pire, disent-ils, il ouvre la porte à des changements dans d’autres secteurs de production``. L’UPA cherche-t-elle à récupérer du crédit suite à son absence dans la bataille du lait se demandent plusieurs ? Peut-on prétendre que la fin des quotas dans l’érable veuille dire la fin des quotas dans le lait ? Il semble que non selon nos sources puisque le lait est un produit de consommation en grande partie interne alors que l’érable est surtout dominant dans les marchés d’exportations !  

Les soutiens au Rapport Gagné se multiplient !

Pendant que la grande messe de l’UPA et de la FPAQ se tenait à Québec au centre des congrès et à l’Assemblée nationale devant quelques centaines de personnes, plusieurs acteurs du monde acéricole quant à eux maintenaient en alerte les salles de presse pour signifier l’importance d’aller de l’avant avec le rapport Gagné : La guerre du sirop est déclarée !

Des centaines à Québec pour les quotas, des milliers contre sur Facebook!

L’Union paysanne a fait savoir à La Vie agricole aujourd’hui alors que des manifestations avaient lieu à Québec pour la protection des quotas dans le secteur de l’érable, qu’une page Facebook en opposition aux quotas sur la production de sirop vient d'être créée. ``En 24 heures, plus de 4 500 personnes ont donné leur appui !`` De dire Benoit Girouard, président de l’Union paysanne.  Même l'Ontario s'intéresse au ``cartel`` du Sirop d'érable au Québec nous a fait savoir le président de l’Union paysanne.

Les transformateurs clairement pour le Rapport Gagné !

Pour l’Association des érablières-transformateurs des produits de l’érable (AETPE) : `` Le ministre Paradis et les parlementaires ne doivent pas céder !`` L’Association des érablières-transformateurs rappelle que :``C'est depuis 2001, année où les érablières-transformateurs ont été annexées au plan conjoint des producteurs de vrac, que nous réclamons l'exclusion des érablières-transformateurs de ce plan conjoint. Selon notre analyse, cette annexion a été accordée par la Régie des marchés agricoles et alimentaires du Québec (RMAAQ) à la demande de la Fédération des producteurs acéricoles sans véritable consultation publique auprès des érablières-transformateurs. Nous espérons que cette fois-ci ce rapport ne restera pas lettre morte ! ``

Pour le CEA, crainte de voir le rapport tabletté !

De l’avis du Conseil des entrepreneurs agricoles (CEA), les recommandations du rapport Gagné ne doivent pas aller rejoindre les autres rapports tablettés par l'UPA. `` Ni le gouvernement du Québec, ni les partis politiques ne doivent céder aux pressions et au discours unique. C'est l'avenir de notre acériculture qu'il faut assurer et c'est maintenant qu'il faut faire des changements qui s’imposent ! `` a déclaré le CEA par voie de communiqué.

``Paradis a promis de nous accompagner`` Gilles Brouillard (CEA)

``L’heure n’est plus aux guerres de chiffres et aux manifestations. Malheureusement le syndicat utilise aujourd'hui son monopole pour faire une démonstration de force devant les députés à Québec, et il impose son contrôle de la mise en marché collective``, déplore Gilles Brouillard, administrateur du CEA. Et il rappelle : ``Le lundi 8 février dernier, devant près de 250 producteurs membres du Conseil des entrepreneurs agricoles, le ministre Paradis déclarait d’ailleurs au sujet des entrepreneurs agricoles «vous avez des idées, vous êtes passionnés et vous avez la passion de faire évoluer le Québec dans la bonne direction. Je suis là pour vous accompagner »``

Pour le Conseil des entrepreneurs agricoles, la remise en question décrite par le rapport Gagné doit donc se poursuivre. ``Ce n’est pas à un syndicat agricole d’en décider, même s’il prétend parler au nom de tous les producteurs en s’appuyant sur des lois datant d’une autre époque et qui n'ont pas été révisées depuis plus de 40 ans`` peut-on lire dans leur communiqué 

Intimidation monopolistique selon Les Céréaliers du Québec !

``Encore une fois, le monopole de représentation syndicale, l’Union des producteurs agricoles, et sa Fédération des producteurs acéricoles du Québec se sont octroyé le droit de parole des producteurs pour défendre leur vision syndicale de l’agriculture québécoise`` disent Les Céréaliers du Québec.

Ils ajoutent : `` On a vécu une situation pareille en 2005 avec l’imposition de l’Agence de vente pour le blé de consommation humaine, un système collectif instauré et défendu par l’UPA et la Fédération des producteurs de cultures commerciales. Résultats en 2011 : pendant que l’Ontario produisait 11 % de plus de blé sans agence, les superficies québécoises de blé à l’alimentation humaine chutaient de 30 %! Pourtant, selon l’organisation syndicale, tout allait bien et les producteurs étaient satisfaits de l’Agence de vente. Or, en 2012, dans le cadre d’un référendum neutre et impartial organisé à l’extérieur de la structure syndicale, 83 % des producteurs céréaliers se sont exprimés librement pour demander la fin de l’Agence! C’est pourquoi le ministre de l’Agriculture, le gouvernement du Québec ainsi que les autres partis politiques ne doivent pas succomber à la tentative d’intimidation monopolistique d’aujourd’hui !``

La balle est dans le camp de Paradis, de Couillard et du caucus libéral !

Les forces vives du terrain ont donc décidé aujourd’hui de ne pas laisser le plancher au syndicat unique qui, à en croire les multiples communiqués reçus de plusieurs organisations en ordre de marche derrière le ministre Paradis et le Rapport Gagné, ne semble plus centraliser un consensus !

Le ministre Paradis et le premier ministre Couillard sont donc devant une situation inusitée : une réaction de terrain en faveur de plus de démocratie. Reste à savoir s’ils agiront pour donner une reconnaissance officielle à la liberté d’expression ou s’ils craindront de nuire à leurs prochaines campagnes électorales en brisant un lien de confiance avec un syndicat à la pensée unique, mais aux bases implantées dans toute la structure étatique du Québec ! Et probablement que leur action ou inaction dans le secteur de l'érable en dira long sur les véritables intentions du gouvernement !