RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Montmagny entend profiter de l'absence d'Expo-Québec l'été prochain !

Jean-Pierre LEMIEUX ,

Le directeur général de la Société agricole du comté de Montmagny (SACM), M. Christian Pons, a confirmé à La Vie agricole que des discussions ont lieu présentement et pourraient aboutir à la création d'une structure qui serait distincte de la SACM pour la tenue des prochaines expositions de Montmagny. Ainsi la décision de la ville de Québec de ne pas tenir d'exposition agricole l'an prochain est une opportunité qu'il ne faut pas laisser passer, pas seulement  pour l'expo, mais aussi pour les commerces de la ville semble-t-on penser à Montmagny.

Pour le maire de la ville, M. Jean-Guy Desrosiers, peu importe ce qui se passe ailleurs, il faut miser « sur nos citoyens et les gens du Québec pour qu'ils adoptent notre expo pour les jugements d'animaux ». En appuyant la SACM, le maire Desrosiers fait remarquer que c'est une reconnaissance de l'impact de la Société d'agriculture sur l'activité économique de la municipalité.

La gestion de l'expo a été améliorée, un déficit de 909$ cette année comparé à une perte de plus de 66 000$ l'an dernier, comme le fait remarquer M. Pons. La SACM pourrait se dégager pour développer d'autres activités afin de générer plus de revenu. M. Pons se dit très confiant en l'avenir de l'expo, avec jugement d'animaux, pour les prochaines années.

Pour financer son développement, la SACM pourrait vendre encore du terrain. Le 11 janvier, la ville a signé avec la société une « promesse d'achat » pour un terrain d'environ 15 350 mètres carrés. La ville achète ce terrain pour la somme de 140 000 $ « payable à raison d'un montant de 50 000$ au moment de la signature de la présente promesse et le solde de 90 000$ sera réparti à parts égales sur trois exercices financiers, à compter de l'exercice 2016 ».

Pons : déficitaire, mais pas inquiet

Non seulement l'exposition agricole tenue à Montmagny l'été dernier a été déficitaire,  mais la Société d'agriculture (SACM), responsable de l'expo, l'est aussi. Avec des revenus de 604 086$ et des dépenses de 741 496$ c'est donc un déficit  de 137 410$ avant amortissement. Le bilan présenté en assemblée générale le 26 janvier dernier, dont La Vie agricole a obtenu copie, fait état d'une « insuffisance des produits par rapport aux charges » de 223 928$ comparées à un excédent de 54 801$ l'an dernier.

Mais il n'y a rien d'inquiétant selon le directeur général de la SACM « car nous avons des comptes à recevoir qui couvrent ça » de préciser, M. Pons.

Aide de la ville

Au sujet de la vente du terrain la promesse d'achat précise cependant que « l'acheteur » consent « un droit d'usage en faveur du vendeur » pour la tenue l'exposition agricole. L'acheteur n'a pas demandé une étude environnementale et reconnaît donc qu'il achète « à ses entiers risques et périls d'un vendeur non professionnel, sans recours quelconque contre le vendeur ». Selon le maire Desrosiers ce n'est pas un grand risque « car nous connaissons bien le terrain ».

Le document fait aussi état d'une aide financière annuelle de la part de la ville de 15 000$ pour les trois prochaines années, aide « intimement liée à la tenue à chacune de ces années d'une exposition agricole, dans la forme exploitée au cours des dernières années, avec ou sans le jugement d'animaux ».

Pons s'en va

Le contrat de M. Pons avec la SACM se termine en octobre et il  a confirmé à La Vie agricole qu'il ne sera plus le directeur général à partir de cette date. « À date, je quitte c'est un fait » nous a-t-il dit laissant entendre que la SACM n'a, pour le moment, fait aucune offre.