RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Le lait: ``Situation dramatique en France`` dit Charest

Yannick PATELLI ,

Interrogé en marge d’une conférence sur le libre-échange qu’il donnait ce soir à HEC Montréal, Jean Charest a déclaré à La Vie agricole, interrogé sur l’information qui voudrait que l’accord Canada-Europe soit signé par la Commission européenne sans passer par les parlements souverains :`` C’est une affaire européenne. Je ne peux pas les conseiller là-dessus`` et il a donné son soutien au maintien de la gestion de l’offre au Canada.

 

Il a réitéré son fort intérêt pour voir aboutir cet accord Canada-Europe qui lui tient à cœur et dont il nous parlait déjà en entrevue privée en février 2014. S’il n’a pas voulu jouer à la ``belle-mère`` sur le dossier Anticosti il n’a pas voulu non plus intervenir dans un débat qui s’opère entre l’Europe et les pays souverains outre-Atlantique : `Il est vrai que l’entente porte sur des enjeux à caractère européen, mais on n’a pas à leur dire quoi faire. Mais oui, au Canada, ça devra passer par les parlements provinciaux, mais le problème est différent puisqu’il n’y a pas de désaccord dans aucune province.``

La gestion de l'offre, à aborder avec prudence dit Charest

Sur la gestion de l’offre et l’importation du lait diafiltré, il a répondu à La Vie agricole : `` C’est une question canadienne qu’il faut aborder avec prudence. Il  faut éviter les chapelles. Il y a une école pour le libre-échange total et une autre qui dit être pour une protection à tout prix. La gestion de l’offre est extrêmement importante pour le Canada et en particulier pour le Québec. Dans le cadre du PTP, on a eu une ouverture plus modeste qu’anticipée et des mécanismes de compensations. Tout ça est gérable``.

Une bonne gestion de la gestion de l’offre!

Interrogé à savoir si le problème n’est pas finalement, la gestion de la gestion de l’offre, il a répondu : `` Oui, il faut une bonne gestion de l’offre. La gestion de l’offre a bien servi nos intérêts et je suis réticent face à ceux qui disent qu’il faut se débarrasser de tout cela! Quand on fait le bilan de ce qui se passe dans le monde : ils ont beaucoup ouvert les marchés sur le lait en Europe avec des conséquences assez dramatiques.``