RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

30 millions de dollars qui créent 60 emplois

LVA ,

La vice-première ministre Lise Thériault, accompagnée du ministre de l’Agriculture Pierre Paradis, et du whip en chef du gouvernement Stéphane Billette, a annoncé vendredi dernier, l’attribution d’un prêt de 7,5 millions de dollars et d’une garantie de prêt de 11,9 millions de dollars à l’entreprise Les Serres Lefort pour la construction de serres de verre semi-fermées destinées à la culture biologique de poivrons et de concombres, un projet évalué à près de 30 millions de dollars qui créera une soixantaine d’emplois.

« En appuyant cet important projet d’expansion, notre gouvernement favorise la croissance du marché des aliments biologiques québécois, qui est en plein essor partout au Québec. De plus, grâce à ce projet qui stimulera davantage l’industrie agricole et l’économie de la région, ce sont 20 emplois directs et 40 emplois serricoles qui seront créés en Montérégie », a soutenu Lise Thériault.

« Le Québec a le potentiel, l’expertise et le marché nécessaires pour occuper une plus grande place en production serricole. Il s’agit maintenant pour les entreprises de ce secteur de saisir les occasions qui se présentent, et pour notre gouvernement de les appuyer, comme nous le faisons aujourd’hui avec Les Serres Lefort », a ajouté Pierre Paradis.

« Depuis plus de trente ans, l’entreprise Les Serres Lefort contribue de façon significative à renforcer notre expertise dans le domaine agricole, tout en diversifiant l’économie de la région de la Montérégie. L’exploitation de nombreuses serres additionnelles destinées à la culture biologique offrira donc des perspectives d’avenir favorables à cette entreprise et à l’ensemble de l’industrie », a conclu Stéphane Billette.

Fondée en 1984, Les Serres Lefort est une entreprise qui se spécialise dans la culture en serre et notamment dans la culture biologique du poivron. Elle a d’ailleurs obtenu les certifications Aliments du Québec BIO et Québec Vrai pour ses produits biologiques. De plus, celle-ci se distingue au Québec et sur les marchés étrangers par la qualité de sa production, dont près de 75 % est exportée.