RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

L’argent des uns et l’argent des autres !

LVA ,

La Terre de Chez Nous publiait récemment un article pour critiquer la décision du ministre Paradis d’avoir octroyé de son discrétionnaire 25 000 $ à L’Union paysanne et 25 000$ au Conseil des entrepreneurs agricoles. L’hebdo mettait aussi en lumière une information sur le changement juridique survenu à l’Union paysanne qui ne serait plus un syndicat.  La Vie agricole a demandé à Benoit Girouard des explications.

Benoit Girouard a estimé dans un premier temps pas nécessaire de répondre à ce type d’article vu que la Terre de Chez Nous ne publie jamais les communiqués de son organisation et a ainsi justifié la décision de son organisation de ne pas communiquer sur son changement de statut. Il considère d’ailleurs que la Terre de Chez Nous ``n’est pas un journal agricole mais un journal syndical``.

Il nous a précisé qu’il n’avait pas semblé d’intérêt public d’annoncer leur passage du statut de syndicat professionnel à Organisation à but non lucratif. `` On a rien contre les syndicats mais fin décembre 2015, nos membres ont été consultés et ont choisi à plus de 80 % de ne plus se définir comme des syndiqués mais plutôt comme des chefs d’entreprises``. L’Union paysanne serait alors devenu une OBNL enregistrée comme les compagnies au registraire des entreprises.

Sur l’argent reçu de Paradis, juste une question d’équilibre !

Il s’est aussi étonné de la teneur de cet article dans la Terre de Chez Nous faisant état d’un financement de quelques milliers de dollars en provenance du ministre de l’agriculture ``qui n’a aucune mesure avec les 22 millions de cotisations syndicales dont jouit l’UPA``, de dire Benoit Girouard.

`` Il faut voir aussi que dans le passé de nombreuses associations liées à l’UPA ont bénéficié dans le cadre du programme Casino de sommes importantes pour payer des bureaux, des téléphones et de la papeterie`` nous a-t-il confié. Il voit plutôt le geste du ministre Paradis comme un geste d’équilibre entre les forces sur le terrain.