RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Roméo Bouchard s’interroge !

LVA ,

Roméo Bouchard ne comprend pas pourquoi l’Union paysanne dont il a été le président a changé son statut de syndicat à OSBL. Il a contacté La Vie agricole et nous a précisé : ``C’est l'art de se tirer dans le pied ! ``

Les dirigeants actuels de ce qui reste de l'Union paysanne ont décidé d'abandonner son statut initial de syndicat professionnel, et donc ses statuts axés sur la représentation des agriculteurs et citoyens paysans, pour celui de compagnie dite OSBL (organisme sans but lucratif) avec une simple structure de CA et d'assemblée générale des membres. En agissant ainsi, l'Union paysanne ne peut plus prétendre être une organisation destinée à représenter et défendre les intérêts des agriculteurs au même titre que l'UPA, ce qui est bien mal avisé quand on conteste le monopole de représentation de l'UPA !`` de dire Roméo Bouchard et il ajoute : `` Un OSBL n'est pas un syndicat et ne peut prétendre à une reconnaissance comme telle: c'est plus qu'une affaire de mot``.

Il est apparemment clair que les deux maîtres à penser de l’Union paysanne ne seront plus jamais les pilotes du même bateau. Il en est souvent de même dans la plupart des partis politiques où les `` belles-mères`` ne sont pas rares. L’UPA n’échappe pas non plus aux critiques vitrioliques par les anciens présidents. Il faut se rappeler pour cela les propos de Jacques Proulx, ex-président de L’UPA, en faveur de la fin du monopole syndical lorsque La Vie agricole l’a rencontré à l’automne dernier.