RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Taxer les aliments: un gain net pour les gouvernements

Pierre NADEAU ,

Il y a quelques années nos élus échangeaient publiquement sur les mérites d’augmenter les pénalités du Code de la route, officiellement, pour  prévenir  les accidents. On aurait dit qu’ils parlaient en code. Tous savaient qu’en réalité toutes les municipalités,  assoiffées de revenus, y voyaient un moyen, non pas de prévenir des accidents, mais d’augmenter leurs revenus. Pendant que tous ces débats esquivaient la vraie question, les policiers continuaient de sévir partout aux endroits les plus « profitables » plutôt qu’aux endroits les plus dangereux. Un arbre devenu trop feuillu cachant l’arrêt, une affiche mal placée, une baisse de vitesse à un endroit imprévisible, une école mal annoncée sont tous  devenus des centres de profits municipaux.

Aujourd’hui, la nouvelle source potentielle de revenu est l’embonpoint des électeurs. Et oui, vous, moi et nos enfants sommes trop gros et il revient aux  gouvernements de voir à  freiner notre cheminement  statistique vers l’inévitable massification de nos êtres. Nous allons échanger longuement avec des experts de tous genres en santé et en alimentation pour nous convaincre qu’il faut taxer les aliments trop sucrés, en commençant par les boissons énergisantes, suivi de près par les liqueurs douces et le lait au chocolat. Le sucre est maintenant la diabolique graisse d’autrefois et pour le moment, plus il est fort en humidité, pire il est. On devra prendre  nos bonbons ou nos gâteaux au chocolat avec de l’eau sinon, il faudra payer. De plus, cette mesure discriminera contre les riches, car ils prendront du poids puisque la taxe ne les arrêtera pas, alors que la masse fera des gains en pertes de poids.

Voici ce qui milite en faveur de cette taxation:

-Augmentation nette de revenus pour les gouvernements,
-Cette mesure ne comporte aucun risque financier, humain, ni politique pour le gouvernement
-Cette taxe serait dite « spéciale », car elle n’entrerait  pas dans les « vraies » augmentations de taxe dans les bilans des gouvernements,
-Cette taxe ne ferait pas perdre de votes, car personne ne votera contre un gouvernement qui a taxé mon cola préféré. Ce ne serait pas aussi émotif que d’ajouter une nouvelle taxe à mon poulet BBQ. Tout le monde l’aura oublié aux prochaines élections.
-Il ne sera pas nécessaire de créer des nouveaux postes de fonctionnaires  avec multiples bénéfices et pensions généreuses, car le fardeau de la collection et l’administration reviendrait aux fabricants.
-S’il y a perte de poids de la population, les gouvernements auront un bel argument pour se tourner vers d’autres sources semblables de revenus (le bacon, le beurre, la poutine, les pâtisseries, la tarte au sucre, etc.). S’il n’y en a pas, ce serait une bonne occasion de dire que cette taxe pour être vraiment efficace doit être augmentée.

Dans un tel régime, ne serait-il pas équitable d’offrir une baisse d’impôt aux anorexiques et  autres rachitiques?