RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

L'AECG:UNE RAISON DE PLUS DE S'Y PRÉPARER DÈS MAINTENANT

François-Xavier Simard Jr ,

Une  déclaration conjointe publiée hier de  l’honorable Chrystia Freeland  et la commissaire européenne au Commerce, Mme Cecilia Malmström qui parle par elle-même. La ministre du Commerce international, l’honorable Chrystia Freeland, et la commissaire européenne au Commerce, Mme Cecilia Malmström, se sont rencontrées cette semaine à Bruxelles, en Belgique, pour discuter de l’Accord économique et commercial global (AECG) et des relations économiques entre le Canada et l’Union européenne (UE). Elles ont fait aujourd’hui la déclaration suivante :

``L’AECG constitue la nouvelle référence mondiale en matière d’accords commerciaux progressistes. Le 29 février 2016, le Canada et la Commission européenne étaient heureux d’annoncer l’achèvement de l’examen juridique de l’Accord, et nous poursuivons les travaux de traduction du texte en français et dans les 21 autres langues des traités de l’UE.Notre grande priorité est de signer l’AECG cette année afin qu’il entre en vigueur en 2017. L’Accord procurera d’énormes avantages à nos deux économieset devrait accroître les exportations bilatérales de biens et services entre le Canada et l’UE de 23 p. 100, ou 38 milliards de dollars, annuellement. Cet accord rendra le système d’investissement plus transparent, plus indépendant et plus impartial. L’AECG est l’un des accords commerciaux les plus ambitieux et les plus progressistes jamais conclus par le Canada ou l’UE. Cet accord modèle par excellence profitera à nos deux économies et intensifiera nos relations déjà solides en matière de commerce et d’investissement. 2017,c'est demain....pour les entreprises. Elles doivent s'y préparer dès maintenant pour en bien cerner tous les enjeux et les forces en présence .``

En voici quelques uns.

-L'attractivité du marchée Nord-Américain pour les européens et le Partenariat Trans-Pacifique.( à lui seul, c'est plus de 40% du commerce mondial  dont le Canada, les Usa ,le Mexique).

-Le Partenariat Trans-Pacifique (PTP)  vise à libéraliser le commerce et  12 États autour de l'océan Pacifique. Ces pays regroupent près de 800 millions de personnes et représentent environ 40 % de l'économie mondiale. S'il est ratifié, le Partenariat Trans-Pacifique formera la plus grande zone de libre-échange au monde.

-Le positionnement stratégique du Canada qui apparait maintenant, comme la plus importante plateforme intégrée du commerce international du monde, avec la convergence sur son territoire de l'ALENA, L'AECG et du PTP si ce dernier est ratifié  par tous les pays concernés . C'est plus de 50% du commerce mondial qui pourraient y converger pour les entreprises canadiennes et qui constituent pour elles l'un des enjeux les plus importants.

-C'est un contexte exceptionnel qui peut  entrainer pour beaucoup d'entreprises canadiennes une remise en question totale de leur approche actuelle en matière de développement de leurs marchés étrangers .

Avec l'entrée en vigueur du PTP, ces enjeux deviendront plus importants (un marchée de plus de 1 milliard 300 millions de consommateurs) et en conséquence, il n'y a pas de place pour les improvisations.

Au contraire ,les entreprises doivent créer dès maintenant des comités internes de réflexions ( avec des professionnels capables de les accompagner proactivement) pour cerner ces enjeux , en évaluer l'impact sur leur vie entrepreneuriale et identifier les avenues de solutions qui leur assurera un avenir dans ce nouvel environnement.

Source: Linkedin