RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Le SpeedyMary: uniformité, efficacité et rentabilité.

Doris LANGEVIN ,

L’amélioration de la productivité est au coeur même des préoccupations de tout entrepreneur. Marie-Chantal Larose, propriétaire de poulaillers à Saint-Isidore en Beauce, n’échappe pas à la règle. De ce désir est né le SpeedyMary, un distributeur de moulée pour jeunes poussins.

Début quarantaine, Marie-Chantal intègre la ferme familiale aux côtés de son frère et de ses cousins Martin et Dominic. Alors que le premier se consacre à la production laitière, les autres prennent en charge la production ovine. Après six mois de travail, Marie-Chantal s’aperçoit qu’une tâche en particulier la rebute parce qu’elle lui consacre trop de temps et qu’elle n’apporte aucune valeur ajoutée à l’entreprise: la distribution de la moulée aux poussins.

«Je n’aimais vraiment pas cette tâche et je me suis dit que je ne pouvais pas faire ça toute ma vie, raconte-t-elle. J’en ai alors parlé à mon conjoint qui est ingénieur mécanique et nous avons cherché sur Internet s’il existait un équipement adapté à ce type de travail. Nous avons trouvé en Europe».

Toutefois, le coût était vraiment élevé, le distributeur de moulée arrivait démonté, il était construit en acier, donc très lourd, et de plus, il aurait nécessité quelques modifications. Qu’à cela ne tienne, ils décident d’en concevoir un qui répondrait à tous leurs besoins.

Ce qu’il faut savoir, c’est que la distribution de la moulée aux poussins se fait en deux étapes: la première consiste à étendre un papier biodégradable sur le sol, puis d’y étendre la moulée. Un processus long, qui peut engendrer des blessures au dos parce que le charriot est lourd, mais aussi en raison du geste répétitif qui consiste à emplir un petit bac de moulée pour l’étendre à la main sur le papier.

En mars 2015, Denis Hallé conçoit un premier prototype du SpeedyMary et peu de temps après, un premier modèle est construit. Le charriot à moulée conçu par le conjoint de Marie-Chantal couplait deux tâches: la disposition du papier, dont le rouleau est inséré sous le charriot, et la moulée qui s’y dépose immédiatement. «Je peux facilement étendre 200 pieds de moulée sur le papier en deux minutes!», précise Marie-Chantal.

Une opération qui durait au moins quatre heures quand elle couvrait ses quatre poulaillers, alors que maintenant, elle l’accomplie en une heure seulement!

Les trois filles du couple, au courant des projets de leurs parents, ont pris part au projet en choisissant le nom de l’entreprise de conception et de l’équipement. HalleDesign est né en l’honneur de son inventeur et l’appareil est devenu SpeedyMary, un clin d’oeil pour sa première utilisatrice qui désirait gagner du temps! La demande de brevet a été déposée en novembre et la dernière version du SpeedyMary était en fonction en décembre dernier.

Le prototype s’est amélioré au fil de son utilisation. Des modifications y ont été apportées. Trop large, il ne passait pas au départ dans toutes les ouvertures, ce qui occasionnait une perte de temps. Il est donc passé de 36’’ x 36’’ à 28’’ x 36’’.

La pente à l’intérieur du chariot a également été modifiée pour assurer une distribution de la moulée plus uniforme. Les roues ont été surdimensionnées, le bord coupant a été adouci et le rouleau de papier est intégré au chariot de manière à couvrir 48’’ de large plutôt que 36’’.

Pour tester leur produit, le couple a décidé de le faire essayer par des producteurs de leur patelin. Tous ont été satisfaits et trois en ont même fait l’acquisition.

Le SpeedyMary: uniformité, efficacité et rentabilité.