RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Si Garon voit Paradis d’où il est !

Yannick PATELLI ,

 

 

Le 1er juillet 2014 décédait Jean Garon. Pierre Paradis a, à quelques reprises fait référence à Jean Garon ces derniers temps à l’Assemblée nationale. On peut lui souhaiter d’être un jour autant aimé des Québécois, mais pour cela il devra prendre les bonnes décisions dans les deux années qui restent à son mandat. Mais pour l’inspirer un peu, relisons ce qu’écrivait dans La Vie agricole Jean Garon en mars 2014. 

``Le rôle du gouvernement du Québec est clair: Il doit protéger les terres agricoles, empêcher les non-résidents de les acquérir, mais laisser les agriculteurs québécois eux-mêmes acheter les terres agricoles dont ils ont besoin pour leur entreprise agricole``. (…)

``Par ailleurs, l’agriculteur doit agir comme un entrepreneur. Il ne doit pas se contenter d’un organisme syndical qui lui dit quoi faire plutôt que de le consulter. Les agriculteurs ont besoin d‘être respectés dans les organismes qui doivent les représenter comme entrepreneurs. La façon de représenter les agriculteurs doit changer et on doit cesser de considérer les agriculteurs comme des employés d’un patron ou d’une entreprise, ce qu’ils ne sont pas, parce qu’ils n’ont pas de patron ni d’employeur``. (…)

``Ainsi, les taxes foncières municipales et scolaires doivent être remboursables par le MAPAQ aux agriculteurs professionnels sans référence à l’UPA. Et il est temps de laisser aux agriculteurs le choix de leur organisme de représentation et de ses orientations. On n’est pas ici en matière religieuse et les agriculteurs sont assez grands et compétents pour décider des orientations de leur syndicat que cela plaise ou non aux fonctionnaires de l’UPA``.

Si Garon, d’où il est, voit Pierre Paradis, il se peut qu’il le trouve meilleur à la tâche que lorsque celui-ci était son opposant à l’Assemblée nationale.