RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Soutien aux revenus: Le ministre Paradis doit protéger la voix des agriculteurs.

LVA ,

L’Union paysanne à déclarer prendre acte du vote des producteurs de maïs et de soya dans le dossier de la sécurité du revenu. Ils ont été appelés ce printemps à choisir entre le programme d’Assurance Stabilisation des Revenus Agricoles (ASRA) et le programme AGRI-Québec. ``Alors qu’une campagne intensive, mêlant peur et désinformation, a été menée par l’UPA, les producteurs de maïs et de soya ont tout de même opté majoritairement pour l'abolition de l'ASRA dans leur secteur (55% dans le maïs-grain, 61% dans le soya)``, de dire Benoit Girouard, président de l’Union paysanne. `` Il est à prévoir que ce score aurait été encore plus élevé si les producteurs déjà retirés de l’ASRA avaient eu droit de vote``.

Toutefois, l’Union paysanne se dit inquiète de constater que l'UPA et la Fédération des Producteurs de Grains continuent de faire des pressions pour retarder la décision prise démocratiquement par des agriculteurs. ``Les producteurs de maïs et de soya sont privés du programme Agri-Québec depuis déjà 2 ans, ce qui entrave le développement de leur entreprise.  Il est temps de passer à l'action``, de déclarer Benoit Girouard.

L'Union Paysanne interpelle donc le Ministre Pierre Paradis pour qu'il intervienne afin que la volonté des producteurs soit respectée. Girouard ajoute : ``L'UPA, dans sa campagne de désinformation, véhicule que l'abolition de l'ASRA, dans le maïs et soya, porterait un dur coup dans les régions alors que ces productions y sont marginales. Les régions périphériques sont surtout productrices de céréales à paille qui restent encore couvertes par l'ASRA.``