RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Quand on explose les quotas !

LVA ,

Il n’y a pas que dans le secteur laitier que la gestion des quotas semble poser problème aux ententes internationales. Le monde aurait à faire à un trop plein d’acier chinois. Les exportations sidérurgiques de la Chine, en hausse en mai dernier, atteignaient des sommets. Elles menacent même l'industrie de l’acier américaine et européenne.

Les chiffres publiés début juin par les douanes chinoises n'ont fait qu'accentuer la préoccupation des États-Unis et de l'Union européenne (UE): les exportations d'acier chinois ont augmenté en mai de 3,7 % publiait récemment le quotidien français, Le Figaro. ``En un mois ce printemps, la Chine a expédié dans le monde 9,4 millions de tonnes d'acier, soit presque autant que le Brésil en une année, alors qu'il est pourtant le cinquième exportateur mondial. Depuis le début de l'année, les exportations chinoises ont augmenté de 6,4 %.``

Selon Le Figaro, le vice-chancelier allemand, Sigmar Gabriel, s'en est inquiété récemment. Deux jours plus tôt, c'était le secrétaire américain au Trésor, Jacob Lew, en visite à Pékin, qui avait exhorté la Chine à réduire les surcapacités de ses aciéries.

Selon eux, ce trop plein «fausse» le marché mondial.

Le ministre américain a même qualifié les excédents industriels chinois de «sujet de préoccupation majeur» de spécifier Le Figaro. ``La preuve en est que Barack Obama lui-même, avec ses homologues du G7, parmi lesquels François Hollande et le Japonais Shinzo Abe, dont le pays est le deuxième exportateur mondial d'acier, ont évoqué le dossier dans le communiqué final de leur sommet, fin mai.``

500% de droits de douanes aux États-Unis.

En raison du ralentissement de son économie, les chinois se retrouvent avec des excédents importants d’acier. La Chine s’est dit prête à réduire de 150 millions de tonnes annuelles d’ici cinq ans ses exportations alors que les autres pays s’attendent à une réduction de l’ordre de 400 millions de tonnes. Et pour le moment les chinois écoulent leur production abondante à bas prix sur le marché mondial. Le Royaume-Uni craint la fermeture d’usines sur son territoire et les États-Unis viennent d’imposer des droits de douanes de 500 % sur des bobines d’acier chinois. Le secteur de l’acier semble démontré que le libre marché peut engendrer des débalancements importants pour certaines productions souveraines.

La chanson veut elle aussi ses quotas !

Dans un tout autre domaine, la gestion des quotas fait aussi débat. En France les chanteurs sont montés au front ce printemps pour défendre les quotas de musique francophone sur les radios de l’hexagone. Plus de 1.800 artistes de la filière musicale - interprètes, compositeurs, auteurs, producteurs, éditeurs, mais aussi écrivains, cinéastes et académiciens - ont signé l'appel de la Sacem (société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique) pour défendre les quotas.

Cette mesure emblématique des quotas francophone impose depuis 1996 aux radios de diffuser 40% de chansons en langue française. Indispensable pour les défenseurs de la francophonie, combattue par certaines radios commerciales, elle suscite depuis près de vingt ans des débats enflammés. Il n'y a donc pas que dans le secteur du lait que les quotas font débat !