RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Citoyen du monde, est-ce encore possible ?

Yannick PATELLI ,

Alors que les montées nationalistes se sont surtout manifestées en France, en Autriche et en Italie ces dernières années, c’est finalement le Royaume-Uni qui éclate l’esprit de l’Union européenne avec son vote à 52 % en faveur du Brexit et qui initie ainsi  fort probablement dans les prochains mois la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. N’est-ce pas ironique que ce soit le seul pays signataire du marché commun, qui n’a jamais vraiment intégré l’Europe en tant que telle, et le pays qui a toujours refusé la monnaie unique, qui claque la porte le premier d’une Union européenne en déconfiture ? L’Europe bien que trébuchante à bien des niveaux par manque de leadership et de cohésion fédérale donnait pourtant au Royaume-Uni bien des avantages commerciaux, lui qui exportait 55 % de sa production dans les pays européens. 

Le monde de l’après-guerre qui a vu l’éclatement de l’URSS, la chute du mur de Berlin et la réunification de l’Allemagne de l’Ouest et de l’Allemagne de l’Est nous avait enseigné un monde de liberté et de paix. Tout a éclaté en quelques années. Le terrorisme a repris de la vigueur, les partis extrémistes sont la coqueluche des électeurs. Il n’y a pas si longtemps, on s’attendait à un éclatement européen en raison de la situation en Grèce ou en Espagne. Les ficelles tirées par les pouvoirs politiques ont réussi à calfeutrer les brèches dans le mur européen, mais il semble bien que là, les infiltrations soient plus importantes qu’il n’y paraît. Plusieurs regretteront l’Europe des douze qui n’a pas su se consolider avant l’élargissement à 28 pays. Mais aujourd’hui les jeux sont faits. Le monde est ouvert et il reste à la génération montante à décider s’il est encore possible de se penser citoyen du monde ou si les forces nationalistes permettront de mieux développer nos sociétés. Le débat est lancé et nous avons demandé à plusieurs de nos chroniqueurs d’analyser le cas du Brexit et de ses conséquences.