RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Les vraies affaires s.v.p M.Groleau !



M. Groleau, alors que vous et votre organisation ‘’surfez’’ et profitez de la sympathie que la population entretient en général envers les agriculteurs, leur travail sans relâche et la détresse psychologique de plusieurs d’entre eux en raison de leur salaire de ‘’cheap labor’’, nous vous demandons M. Groleau d’arrêter de dire et de répéter toutes vos conneries. À quand datent de vraies revendications salariales pour augmenter le revenu à la ferme ?

De quand datent de vraies revendications salariales pour augmenter le revenu à la ferme ?

Arrêtez de ne penser seulement qu’à la survie et au ‘’power trip’’ de votre organisation syndicale au détriment du bien-être des entrepreneurs agricoles que vous êtes censé représenter.

Arrêtez de détourner l’attention et parlez-nous des vraies affaires. À quand datent de vraies revendications salariales pour augmenter le revenu à la ferme ? C’est de ça que nous voulons entendre parler. À moins que vous et votre organisation n’ayez des ententes confidentielles avec le gouvernement ou la financière agricole, en échange de plus de pouvoir et de contrôle pour ne jamais obtenir d’augmentation significative de revenu à la ferme ?

Allez à la vraie cause du problème !

Pourquoi venons-nous de perdre près de 50% des producteurs de boeufs au Québec ? Pourquoi la perte d’au moins deux fermes par jour ? Pourquoi cette détresse psychologique de beaucoup d’agriculteurs dont vous parlez sur 5 pages dans votre journal de la désinformation le LU ? Arrêtez de ne parler que des conséquences et allez à la vraie cause du problème : LE MANQUE DE REVENU À LA FERME, spécialement pour tous ceux qui ne sont pas sous gestion de l’offre.

Est-ce plus facile de contrôler des gens pauvres ?

On n’en peut plus de toujours être à se demander si on va être capable d’effectuer nos paiements à la fin du mois. On n’en peut plus de recevoir si peu pour nos produits agricoles. On n’en peut plus de devoir vivre pauvrement, économiser, faire toujours attention toute sa vie pour pouvoir mourir riche. On n’en peut plus de ne pouvoir vivre son rêve, à l’aise, par son travail acharné. De ne pas pouvoir faire vivre sa famille décemment.

Tout ça amène sûrement à la détresse psychologique. Oubliez les psychologues de tout acabit. Faites votre travail. Nous voulons une augmentation du revenu à la ferme. Est-ce plus facile de contrôler des gens pauvres ?

La tête du ministre Paradis, ça nous donne quoi cette connerie à nous autres agriculteurs ?

On ne veut pas des conneries comme demander la tête du ministre de l’Agriculture, alors que son action nous paraît plutôt louable et démocratique. Ça nous donne quoi cette connerie à nous autres agriculteurs ?

C’est là qu’on voit la vraie nature de votre organisation : Le contrôle total ? Votre UPA du futur imposé pour avoir plus de contrôle et de pouvoir sur vos membres et les éloigner encore plus du pouvoir décisionnel . Votre code d’éthique qui oblige votre système archaïque de délégués à ne jamais pouvoir voter contre une résolution émanant de l’UPA.

À quand votre arrivée au 21e siècle M.Groleau ?

À quand votre arrivée au 21e siècle et aux consultations et votes par internet alors que vos réunions syndicales sont désertes. La dernière assemblée des producteurs de boeufs de l’Abitibi-Témiscamingue (environ 200 producteurs ?) a réuni 3 membres alors qu’il y a 3 ou 4 ans le quorum était de 15 membres.

Nous savons que la dernière chose que vous semblez vouloir est la participation démocratique de vos membres. Vous pouvez dire à la population ou aux députés que vous avez 95% de membreship volontaires, mais pas à nous producteurs agricoles qui avons une écoeurantite aiguë généralisée de votre organisation.

Nous sommes tannés de vos demies-vérité ou demi-mensonges, de votre démocratie contrôlée, de votre manque de transparence, de votre désinformation élevée en système, de votre manque de revendication salariale.

Arrêtez de noyer le poisson avec vos diversions, arrêtez de crier au loup avec cet accaparement des terres, vos Chinois, votre pseudo alliance avec la relève que vous allez tromper à la première occasion.

Empocher pour continuer de payer votre armée de fonctionnaires !

Dites-nous les vraies affaires. Je vous le redemande: Il manque quoi à la loi sur le zonage agricole pour empêcher cet accaparement des terres? Dites-nous que tout ce que vous cherchez c’est du financement et que ce que vous voulez c’est de vous accaparer du contrôle sur la vente des terres pour remplacer les agents d’immeubles. Pourquoi ? Pour contrôler et empocher leurs commissions pour remplacer la perte des cotisations de vos membres qui disparaissent à la vitesse ``grand V``. Vous espérez ainsi obtenir de nouveaux revenus pour pouvoir continuer de payer votre armée de fonctionnaires.

Nous sommes écoeurés de vos irritants en tout genre, des interdits…``pas le droit de``. Nous sommes écoeurés de ne pas pouvoir être représentés correctement, équitablement par cette organisation qui se sent menacée.

Vive la démocratie, l’Union paysanne, et le Conseil des entrepreneurs agricoles (CEA). Nous sommes écoeurés de cette organisation, L’UPA, ennemi numéro 1 des régions avec ses règlements mur à mur décriés par ses membres depuis que je suis en agriculture.

L’UPA est cette organisation qui a conduit notre autonomie alimentaire de 80% dans les années 80 à moins de 30% maintenant et ça continue…

Continuez ainsi, gardez ce monopole de L’UPA et vous continuerez à faire mourir notre agriculture !

 

Michel Duclos, président

Union des agriculteurs libres du Témis